Qu’est-ce qu’un plan de sécurité au travail et que doit-il comprendre?

Le plan de sécurité au travail est une liste proactive des mesures de sécurité à prendre pour minimiser les dangers en milieu de travail.

Il est un instrument crucial de lutte contre la violence conjugale au travail car il prévoit une procédure à suivre pour accroître la sécurité au travail quand un membre du personnel fait l’objet de violence conjugale.

Les représentantes et représentants syndicaux devraient bien connaître les plans de sécurité, que la violence conjugale ait déjà influencée ou non le milieu de travail. 

Le plan de sécurité en cas de violence conjugale devrait :

  • Être dressé avec la victime car c’est celle-ci qui connaît le mieux les habitudes de son agresseur
  • Être souple et modifiable
  • Être facile d’accès et visible
  • Établir un équilibre entre la confidentialité et la sécurité – les travailleuses et les travailleurs devraient être informés du fait que même si les renseignements donnés seront gardés confidentiels, il peut y avoir des circonstances exceptionnelles où il sera nécessaire de consulter une personne de l’extérieur en raison de risques pour la sécurité.

Le plan de sécurité peut servir aux fins suivantes :

  • Aider les victimes à filtrer les appels
  • Voir à ce que le lieu de travail soit doté d’un nombre approprié de membres du personnel de sécurité
  • Installer des boutons de panique dans les différentes parties du lieu de travail
  • Accompagner la victime entre sa voiture ou l’arrêt de transport en commun et son lieu de travail avant et après le travail et voir à ce qu’elle ait la place de stationnement la plus sécuritaire
  • Voir à ce que le téléphone cellulaire de la victime permet de composer directement le 911
  • Utiliser des mots-codes internes
  • Indiquer des motifs précis pour lesquels il y a lieu d’appeler la police
  • Voir à ce que les portes soient surveillées et/ou verrouillées
  • Désigner une personne de confiance avec laquelle on peut communiquer si la victime est absente et que l’employeur n’arrive pas à la joindre
  • Voir à ce que tous les employés comprennent la procédure de planification de sécurité et les procédures en cas de violence conjugale au travail et à ce qu’ils aient des connaissances de base au sujet des indices
  • S’assurer que les terrains de stationnement et les entrées soient bien éclairés
  • Installer du matériel de surveillance à des emplacements appropriés dans les différentes parties du lieu de travail
  • Bien choisir l’emplacement du poste de travail (p. ex., distance appropriée entre l’employée et les clients ou visiteurs)
  • Aider l’employée à être moins visible (peut-être en rayant son nom de la porte de son bureau ou du site Web de son lieu de travail)
  • Tenter de tenir un dossier de la correspondance entre la victime et l’agresseur
  • Si l’agresseur et la victime travaillent ensemble, l’employeur devrait procéder à des changements pour empêcher l’agresseur d’avoir accès à la victime au travail (voir à ce qu’ils travaillent selon des horaires différents ou dans des lieux différents)
    • L’employeur pourrait également chercher à obtenir une ordonnance de non-communication qui empêcherait l’agresseur de travailler dans le même lieu
  • Voir à ce que le 911 soit toujours composé si l’on croit qu’une personne court un risque imminent.

Vous trouverez un modèle de plan de sécurité personnalisé ici (en anglais seulement). 
(Adaptation de Make it Our Business [en faire notre affaire] de l’Université Western, d’Élaboration de politiques et de programmes concernant la violence et le harcèlement au travail du CSSTO et de Safe at Home, Safe at Work [en sécurité à la maison et au travail] de l’UNSW)