Jeudi, 22 novembre 2018

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est le 25 novembre et marque le premier des 16 jours d’activisme reconnus mondialement contre la violence fondée sur le sexe.

Cette année, les syndicats prennent des mesures pour lutter contre la violence fondée sur le sexe en milieu de travail. La violence et le harcèlement sont une réalité quotidienne pour beaucoup trop de travailleuses et de travailleurs au Canada. Le mouvement #MeToo a démontré à quel point la violence fondée sur le sexe, y compris le harcèlement sexuel, constitue un obstacle important pour les femmes, les personnes trans et les travailleuses et travailleurs de diversité de genre. Les syndicats du Canada demandent au gouvernement de prendre des mesures pour prévenir et mettre fin à la violence et au harcèlement au travail.

Les syndicats du Canada se sont unis pour appuyer les efforts internationaux visant à négocier une nouvelle convention de l’Organisation internationale du travail (OIT). Cette convention contraignante obligerait les gouvernements et les employeurs à rendre compte en matière de prévention de toutes les formes de violence et de harcèlement au travail et de lutte contre ces problèmes.

« Cette importante convention crée une entente commune du harcèlement et de la violence, de la manière dont ils se manifestent dans les milieux de travail et des personnes qui font face à un plus grand risque ou qui sont les plus vulnérables à ses effets. Elle contribuera à obtenir une réglementation gouvernementale et des mesures de la part des employeurs », a dit Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du CTC. Madame Walker est la porte-parole des travailleuses et travailleurs lors des négociations.

Au Canada, les gouvernements reconnaissent maintenant que le harcèlement et la violence fondés sur le sexe sont un problème qui requiert des mesures dans chaque lieu de travail. Au début de l’automne, les personnes travaillant dans le secteur sous réglementation fédérale et les habitants de Terre-Neuve-et-Labrador ont obtenu un congé payé pour violence conjugale. Cela porte à cinq le nombre de provinces qui accordent des congés payés pour violence conjugale.

Mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir.

Au cours des 16 prochains jours, le CTC encouragera des actions en ligne par notre campagne #FautQueCaBouge afin de maintenir la pression sur les élus pour que davantage de progrès soient réalisés sur ces questions.

Le CTC organise deux événements vidéo interactifs pendant les 16 jours d’activisme.

  • Discussion Facebook en direct « Renforcer la culture de consentement au travail » le 26 novembre à 18 h HNE. Inscrivez-vous ici : 
  • Webinaire « Comment obtenir des congés payés pour violence conjugale » le 3 décembre à 12 h HNE. Inscrivez-vous ici.

Pour connaître les événements et les vigiles dans votre collectivité, visitez le calendrier des événements des 16 jours d’activisme.