Vendredi, 28 novembre 2014

À l'occasion de la Journée mondiale du sida 2014, le Congrès du travail du Canada (CTC) se joint à l'appel des syndicats du monde entier demandant aux gouvernements de mettre fin à l'épidémie de sida d'ici 2030.

35 millions de personnes dans le monde sont séropositives et 19 millions d'entre elles l'ignorent. Bien que le nombre de cas de séropositivité ait baissé de 38 % depuis 2001, 2,1 millions nouveaux cas sont apparus en 2013. Les femmes jeunes et les adolescentes courent un risque disproportionnellement élevé;  parmi la population féminine, 4 nouveaux cas sur 10 surviennent chez les femmes âgées de 15 à 24 ans. De plus, 22 millions de personnes atteintes n'ont pas accès aux traitements qui pourraient leur sauver la vie.

Les chiffres soulignent l'importance de la formation, de l'éducation et d'actions concrètes de lutte contre la pandémie dans les lieux de travail, ici au Canada et ailleurs dans le monde.

En collaboration avec l'Organisation régionale africaine de la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique), le CTC invite les États membres de l'Organisation internationale du Travail (OIT) à intensifier leurs efforts pour la mise en œuvre de la R-200 de l'OIT - Recommandation (n° 200) sur le VIH et le sida, 2010, concernant le VIH et le sida et le monde du travail (R-200).

Le CTC appelle en outre le gouvernement du Canada à faire le suivi de sa propre évaluation au regard de la R-200, entreprise en 2011, et à soutenir la création de programmes d'information à l'intention des travailleuses et des travailleurs au Canada et ailleurs.

L'épidémie actuelle d'Ebola nous rappelle de manière tragique ce que l'on perd à négliger les systèmes de santé lorsqu'il s'agit de prévention, de détection et du traitement des pandémies, y compris du sida. À travers le monde, il importe de renforcer les systèmes de santé et d'offrir un meilleur soutien sur le plan social et financier aux travailleuses et travailleurs atteints du sida.

Le CTC appelle le gouvernement du Canada à intervenir dans le cadre des négociations des Nations Unies portant sur le Programme de développement pour l'après-2015, afin d'intégrer les questions ci-dessus dans le cadre des objectifs de l'Agenda du travail décent de l'OIT et de soutenir la vision de l'ONUsida « zéro nouvelle infection au VIH – zéro discrimination – zéro décès dû au sida ».