Jeudi, 22 novembre 2018

Le Congrès du travail du Canada (CTC) se joint au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) pour demander à Postes Canada de négocier des conventions collectives équitables pour les travailleuses et travailleurs des postes. Le CTC se joint aussi au STTP pour condamner la loi de retour au travail du gouvernement fédéral.

« Le droit de grève est un élément essentiel du processus de négociation collective. Sans lui, les employeurs n’ont aucune raison de négocier de bonne foi, et les travailleuses et travailleurs n’ont aucun recours pour exiger un processus équitable », déclare Hassan Yussuff, président du CTC.

« Le gouvernement fédéral actuel était supposé être différent du précédent, et pourtant, nous revoilà sous la menace d’une loi de retour au travail, s’exclame Mike Palecek, président national du STTP. Justin Trudeau révèle son vrai visage en poursuivant le programme antisyndical de son prédécesseur, Stephen Harper. Il sait que nous avons toujours été disposés à négocier de bonne foi et à conclure, rapidement, des conventions collectives équitables pour nos membres. Il aurait très bien pu ordonner à Postes Canada de faire de même. »

« Une loi de retour au travail a de graves conséquences à long terme sur l’atmosphère et les relations de travail, ajoute Mike Palecek. Si on nous impose des conventions collectives qui ne répondent pas à nos principales préoccupations en matière de sécurité au travail, d’égalité pour les factrices et facteurs ruraux et d’accès à de bons emplois sûrs à plein temps, cela ne fera qu’ajouter de l’huile sur le feu de notre lutte pour regagner le terrain perdu. »

En 2011, la loi de retour au travail adoptée par le gouvernement conservateur de Stephen Harper a imposé des conventions collectives régressives aux travailleuses et travailleurs des postes. La loi a par la suite été déclarée inconstitutionnelle. Au terme d’un examen fédéral du service postal, le gouvernement fédéral libéral s’était donné comme priorité d’améliorer les relations de travail à Postes Canada. L’adoption d’une loi de retour au travail portera gravement atteinte à ces efforts.

« Nous demandons au gouvernement fédéral de permettre le déroulement d’un processus équitable en encourageant les travailleuses et travailleurs et l’employeur à conclure une entente qui convienne à toutes les parties », explique Hassan Yussuff. « Cette loi de retour au travail enfreint clairement les droits dont disposent les travailleuses et travailleurs en vertu de la Charte. Le STTP s’est battu pour défendre le droit de grève, et il a obtenu gain de cause devant la Cour suprême, qui a confirmé ce droit de manière explicite. »