Samedi, 6 mai 2017

C’est dans une salle comble qu’un hommage a été rendu à Bob White, ancien président  du CTC, au Palais des congrès du Toronto métropolitain vendredi. Plus de 600 militants et dirigeants syndicaux et communautaires se sont joints à sa famille pour faire l’éloge de sa vie.

Hassan Yussuff, président actuel du CTC, a remercié la famille de M. White de l’avoir partagé avec le mouvement syndical.

« Bob était un être exceptionnel, un dur à cuire qui s’exprimait bien et que les médias adoraient. Il était compatissant, tendre et visionnaire. La marque qu’il a laissée sur notre mouvement et notre pays ne s’effacera pas de sitôt », a-t-il dit.

Jerry Dias, président national d’Unifor, a indiqué que l’essentiel, pour Bob, c’était les membres de la base.

« Il savait que le succès passe par l’engagement des membres. Les membres de la base devaient s’impliquer et donner l’exemple », a-t-il déclaré. « Il était intelligent, coriace, éloquent, motivant et déterminé. Il a toujours appelé un chat un chat. C’était un pionnier. »

« Nous sommes un pays meilleur grâce à vous. Merci confrère », a-t-il ajouté.

Barb Byers, secrétaire-trésorière du CTC, a présidé l’hommage. « Il ne se sentait pas rabaissé si quelqu’un d’autre faisait quelque chose mieux que lui. Il ne craignait pas de mener et n’avait pas peur d’apprendre », a-t-elle indiqué. « Il ne craignait ni le défi, ni le changement. »

Le fils de Bob, Shawn White, a traité de ce que c’était que d’être le fils du chef syndical. Son père était absent en semaine, « mais quand venait la fin de semaine, il était le père de famille 2.0 ».

« Il croyait fermement que si l’on peut aider une personne, on le devrait », a-t-il dit.

Basil « Buzz » Hargrove, ancien président des TCA, a rappelé que Bob accueillait la vie et tous les défis qu’elle lui lançait sur le plan personnel comme au plan syndical.

« Il aimait la camaraderie et la collaboration avec les syndicats locaux. Il avait le plus fervent respect pour les personnes qui posaient leur candidature à des postes syndicaux, particulièrement dans les plus petits lieux de travail. Il aimait travailler en coalition. Il a été l’un des plus grands syndicalistes du monde », a conclu M. Hargrove.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, a transmis un message vidéo aux fins de l’hommage. Elle se rappelait M. White comme étant un homme extraordinaire qui a consacré sa vie à améliorer celle de tous les travailleurs et les travailleuses.

« Votre esprit, vos enseignements et vos mises au défi survivront dans nos cœurs et dans le travail quotidien que nous accomplissons pour atteindre à la justice sociale », a ajouté madame Burrow.

La fille de M. White, Robyn, a indiqué la chance qu’elle a eue d’avoir un père comme le sien et décrit tous les rapports sous lesquels il était un père bienveillant et attentionné.

« Il nous appuyait et nous encourageait à chaque pas. Il mettait tout le charisme et le charme qu’il dégageait en tant que chef syndical au service de sa famille aussi », a‑t‑elle dit.

La cérémonie d’hommage s’est terminée par l’interprétation de la chanson préférée du confrère White – What a Wonderful World de Louis Armstrong – par un orchestre appelé « the SPECIAL INTEREST group ».