Lundi, 4 juin 2018

Les syndicats du Canada lancent la saison de la Fierté en renouvelant l’appel à un régime universel d’assurance-médicaments. Un trop grand nombre de personnes LGBTABI font partie des plus de 3,5 millions de Canadiennes et de Canadiens qui n’ont pas les moyens de payer leurs médicaments sur ordonnance, et plus de la moitié des personnes qui vivent au Canada craignent de ne pas être en mesure de payer leurs médicaments plus tard.

Les membres de la communauté LGBTABI peuvent également avoir plus de difficultés que les personnes hétérosexuelles ou cisgenres dans l’accès à des soins de santé adéquats. Pourtant, l’accès aux soins de santé – y compris aux médicaments – est un droit humain fondamental.

« Un régime universel d’assurance-médicaments est une question d’équité en matière de santé. Toutes les personnes titulaires d’une carte santé au Canada - peu importe leur identité de genre ou orientation sexuelle - devraient avoir accès aux médicaments dont elles ont besoin, a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

À peu près le tiers des personnes qui travaillent au Canada n’ont pas d’assurance-médicaments financée par leur employeur. De nombreux membres de communautés LGBTABI se heurtent à de la discrimination sur le marché du travail actuel, ce qui peut limiter leur accès à des emplois valables offrant une couverture complète des médicaments. Même ceux qui ont de l’assurance santé au travail peuvent trouver les coassurances et les franchises excessivement élevées, ce qui les empêche de prendre les médicaments tels que prescrits.

« Trop de gens au Canada doivent choisir entre payer leurs médicaments sur ordonnance et payer leur épicerie. Pour la communauté LGBTABI, les obstacles sont encore plus importants », a déclaré Yussuff.

Le coût du traitement de prévention du VIH, des hormones pour changer de sexe, des médicaments pour traiter l’anxiété ou la dépression et des traitements en appui à la santé reproductive et sexuelle ou pour la fertilité - pour n’en nommer que quelques-uns - peut être prohibitif. Le manque d’accès à certains de ces médicaments peut avoir des conséquences désastreuses.

« Un régime universel d’assurance-médicaments permettrait d’améliorer la vie d’un grand nombre en assurant l’égalité d’accès aux médicaments pour tous. Ici au pays, le Canada fait de grands progrès pour assurer l’égalité pour les communautés LGBTABI, mais il reste encore beaucoup à faire », a ajouté M. Yussuff.

Le gouvernement fédéral s’est engagé à régler la discrimination systémique subie par les personnes LGBTABI. Les syndicats du Canada ont demandé au gouvernement d’en faire davantage, y compris de mettre fin à l’interdiction discriminatoire de donner du sang par tous les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes. Il est plus que temps de mettre fin, une fois pour toutes, à cette politique homophobe et transphobe.

À l’échelle internationale, le Canada a également accru son engagement quant aux questions LGBTABI. Plus tard cette année, le Canada organisera Ne laisser personne de côté : Conférence mondiale de la Coalition pour les droits égaux sur les droits des personnes LGBTI et le développement inclusif à Vancouver. Le Canada et le Chili sont coprésidents de la Coalition pour les droits égaux (CDE) — la toute première coalition intergouvernementale dédiée à la protection des droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) partout dans le monde.

Pour en savoir plus sur la campagne du CTC sur l’assurance-médicaments, visitez unregimepourtous.ca.