Jeudi, 5 octobre 2017

Les syndicats du Canada auront la Chambre des communes à l’œil aujourd’hui quand les députées et députés discuteront d’un projet de loi du NPD appelant à la création d’un régime universel d’assurance médicaments pour l’ensemble du Canada.

« Nous sommes heureux que le NPD, sous la direction de son nouveau chef Jagmeet Singh, continue de donner la priorité à l’assurance médicaments et nous espérons que tous les partis politiques répondront en voyant à ce que ce régime très nécessaire se matérialise le plus tôt possible », dit Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada.

La semaine dernière, le directeur parlementaire du budget a publié un rapport fondé sur la liste des médicaments assurés du gouvernement du Québec qui estimait qu’un régime universel d’assurance médicaments permettrait d’économiser 4,2 milliards de dollars.

Un rapport publié plus tôt pendant la semaine par le Centre canadien de politiques alternatives et Médecins canadiens pour le régime public se fonde sur un modèle plus efficace et prévoit des économies nettes de 11 milliards de dollars par année.

Le Canada est le seul pays développé ayant un régime universel d’assurance-maladie qui ne comprend pas d’assurance-médicaments universelle. Notre système à payeurs multiples est tel que le coût des médicaments sur ordonnance est plus élevé au Canada que dans tout autre pays, sauf les États-Unis. Il laisse 3,5 millions de Canadiennes et Canadiens dans l’incapacité d’acheter les médicaments qui leur sont prescrits.

Le jour de la fête du Travail de cette année, continuant sur la lancée de leur appel fructueux à l’expansion du Régime de pensions du Canada, les syndicats du Canada ont lancé une campagne pour un régime national d'assurance médicaments.

« Nous sommes fiers d’avoir gagné l’accès à une assurance-maladie complémentaire pour bon nombre de nos membres, mais nous croyons que tous les membres de la population canadienne devraient avoir droit à une assurance médicaments, quels que soient leur revenu, leur âge et leur lieu de travail ou de résidence », a ajouté M. Yussuff.