Jeudi, 12 décembre 2013

OTTAWA ― Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada, affirme qu'il faut maintenant passer à l'action concernant l'expansion du Régime de pensions du Canada et du Régime de rentes du Québec (RPC/RRQ). 

« La sécurité des retraites est l'une des plus grandes préoccupations de la population au Canada, et à juste titre, indique M. Georgetti. On sait très bien pourquoi il faut bonifier le RPC - c'est tout à fait logique. » Les observations de M. Georgetti ont été prononcées avant tenue de la réunion des ministres des Finances du Canada à Ottawa et au lac Meech les 15 et 16 décembre. La réforme du RPC sera une question prioritaire à l'ordre du jour. 

Le CTC préconise depuis 2009 des améliorations aux RPC et RRQ qui garantiraient la sécurité du revenu des Canadiens et Canadiennes lorsqu'ils prennent leur retraite. « Certains intérêts tels que les banques ou les institutions financières qui engrangent d'énormes profits avec les REER et les RPAC disent que le temps est mal choisi et que l'économie est trop fragile pour qu'on puisse améliorer le RPC. Ils ont tort et nos études le démontrent. »

Les chercheurs du CTC ont comparé la situation financière actuelle avec celle en 1995, juste avant une augmentation des cotisations au RPC, qui a permis d'asseoir le Régime sur des assises solides. « Nous avons des données qui prouvent que les conditions économiques actuelles ne sont pas une entrave à la bonification du RPC, explique M. Georgetti. En fait, la bonification du RPC serait favorable à l'économie. »

M. Georgetti affirme que la réforme des pensions est urgente. « Douze millions de Canadiennes et de Canadiens – les deux tiers de tous les travailleurs - n'ont absolument aucun régime de retraite de l'employeur et la situation s'aggrave au lieu de s'améliorer. Seulement un tiers de tous les Canadiens cotise à un régime enregistré d'épargne-retraite ou REER. »

Il dit que le Canada est confronté à des choix difficiles. « Ceux qui ne disposent pas de revenu de retraite adéquat seront dépendants des programme de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti du gouvernement fédéral pour s'en sortir. Toutefois, d'ici 2030 – à moins que le RPC soit bonifié – les coûts annuels de la SV et du SRG devraient tripler, passant à 108 milliards de dollars. C'est un transfert d'impôt intergénérationnel que nous imposons aux jeunes pour notre inaction et ils devront soutenir davantage les personnes âgées pauvres dans l'avenir et seront confrontés à un avenir plutôt sombre concernant leur propre retraite dont la pension sera inadéquate. »

M. Georgetti ajoute : « Plusieurs provinces, toutes allégeances politiques confondues, appuient l'expansion du RPC et il est maintenant temps pour le gouvernement fédéral de faire preuve de leadership. Le temps des discussions est terminé et maintenant il faut passer à l'action concernant l'expansion du Régime de pensions du Canada. »

M. Georgetti sera également à la disposition des médias jusqu'au 16 décembre pour commenter les progrès et les résultats de la réunion des ministres des Finances.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux.

Site Web : www.congresdutravail.ca
Suivez‑nous sur Twitter : @CanadianLabour