Lundi, 12 juin 2017

Les syndicats du Canada disent que les gouvernements de tous les ordres ont du pain sur la planche pour mettre fin au travail des enfants et assurer la sécurité des jeunes travailleurs et travailleuses.

Le 12 juin est la Journée mondiale contre le travail des enfants et il y a un an cette année à cette date que le gouvernement du Canada a ratifié la Convention sur l’âge minimum de l’Organisation internationale du Travail. Les pays ayant ratifié cette convention sont tenue de fixer un âge minimum d’admission à l’emploi de 15 ans et de protéger les jeunes travailleurs et travailleuses contre le travail dangereux.

« La plupart des membres de la population canadienne seraient étonnés d’apprendre que la plupart des provinces et territoires du Canada ont encore du travail à accomplir pour honorer leurs obligations en vertu de ce traité international », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

Certaines provinces prévoient un âge minimum plus bas que celui qu’exige le traité. En Colombie-Britannique, par exemple, l’âge minimum est de 12 ans. Les Territoires du Nord-Ouest, la Nouvelle-Écosse, l’Ontario, l’Île-du-Prince-Édouard et le Yukon ne stipulent aucun âge minimum.

De plus, les conditions d’emploi d’enfants varient grandement selon la province ou le territoire. Certains exigent le consentement écrit d’un parent ou tuteur alors que d’autres interdisent à des secteurs d’activité précis, comme la construction et l’exploitation forestière, d’employer des enfants. Mais la portée de l’interdiction est trop étroite et de nombreux secteurs n’y sont pas assujettis.

« Puisque les jeunes et les nouveaux venus sur le marché du travail sont les plus susceptibles de se blesser au travail, nous devons conjuguer nos efforts pour régler les inconséquences en priorité », a ajouté M. Yussuff.

Des statistiques de l’Association des commissions des accidents du travail du Canada révèlent qu’au cours de la seule année 2015, quatre travailleurs ou travailleuses de 15 à 19 ans sont morts au travail et plus de 8 000 du même groupe d’âge ont indiqué des blessures ou des maladies attribuables au travail.

M. Yussuff dit que le gouvernement de l’Alberta a donné un important exemple en adoptant la Fair and Family-friendly Workplaces Act (loi sur les lieux de travail équitables et favorables à la famille), qui entrera en vigueur en janvier 2018. Cette loi interdit le travail (sauf les activités artistiques) des enfants de moins de 13 ans, et elle comprend une liste de « travaux légers » pouvant être accomplis par des personnes de moins de 16 ans sans permis.

« Les autres gouvernements du Canada doivent suivre l’exemple de l’Alberta », a indiqué M. Yussuff. « Toutes les provinces et les trois territoires doivent y voir en priorité afin que nous puissions assurer la sécurité de nos jeunes travailleurs et travailleuses et de nos enfants. »