Jeudi, 10 octobre 2013

OTTAWA―Le président du Congrès du travail du Canada dit que la croissance de l'emploi reste à la traîne cinq ans après le début des suppressions d'emplois causés par la grande récession qui s'est amorcée à l'automne 2008.

« Le nombre de nouveaux emplois ne suit pas le rythme de la croissance démographique et, par conséquent, trop de gens sont contraints d'accepter un travail précaire et un travail autonome très instable, affirme Ken Georgetti, président du CTC. Cette situation cause des difficultés et de l'anxiété pour les Canadiens et Canadiennes, et particulièrement pour les jeunes familles. »

M. Georgetti réagissait à la publication par Statistique Canada de son Enquête sur la population active de septembre 2013. Le Canada comptait 1 325 000 sans-emploi en septembre et le taux de chômage national était de 6,9 %. La chute du taux de chômage s'explique par le fait que 21 000 jeunes travailleurs et travailleuses ont quitté le marché du travail. Dans le groupe des 15 à 24 ans, le taux de chômage officiel s'établissait à
12,9 %, soit une diminution par rapport à 14,1 % en août. 47,8 % des jeunes travaillaient à temps partiel en septembre, comparativement à 47,4 % en août.

« Le ministre des Finances nous a fait savoir que la création d'emplois se portait bien, indique M. Georgetti. Si c'est le cas, alors pourquoi le taux de chômage actuel est-il de 6,9 %, alors qu'il était de 6,2% en septembre 2008? »

M. Georgetti ajoute : « Lors de la grande récession de 2008-2009, le gouvernement s'est montré réticent à accroître les dépenses pour stimuler l'économie, puis il a agit trop rapidement en remplaçant les mesures de relance par des mesures d'austérité.  Il en a résulté une croissance de l'emploi faible et un chômage toujours élevé, ce qui a causé de grandes difficultés pour beaucoup trop de Canadiens. »

M. Georgetti dit que le gouvernement fédéral devrait annoncer son intention de soutenir la création d'emplois et la formation lors du discours du Trône ce mois-ci. « Nous avons grandement besoin d'améliorer ou de remplacer les infrastructures comme les routes et les ponts. Nous pourrions également créer des emplois si des programmes étaient mis en place afin de rénover les domiciles et les bureaux pour les rendre plus écoénergiques. Nous devrions investir dans les services sociaux de bonne qualité. Nous avons les personnes sans emploi qui accepteraient volontiers ces emplois. »

Analyse rapide d'Angella MacEwen, économiste principale du CTC

En septembre, le nombre de jeunes travailleurs et travailleuses à la recherche d'un emploi a fortement chuté, étant donné que plus de 21 000 d'entre eux ont quitté le marché du travail et que 22 000 autres ont été embauchés à temps plein. Par conséquent, le taux de chômage national a diminué, même si le taux chez les plus de 25 ans est demeuré stable.

Même si 21 000 jeunes travailleurs et travailleuses ne sont plus considérés comme étant au chômage, en septembre 2013, 185 000 d'entre eux voulaient travailler, mais ne travaillaient plus. Il s'agit d'une augmentation de 20 000 par rapport à septembre 2012.

Chaque mois les données fluctuent; il est donc indispensable d'examiner la tendance à long terme des statistiques de l'Enquête sur la population active. Depuis septembre 2008, la population active canadienne a augmenté de 818 000 personnes, mais seulement 618 000 emplois ont été créés au cours de la même période. Par conséquent, le taux d'emploi, ou le pourcentage d'adultes en âge de travailler occupant un emploi, ne s'est pas amélioré de façon significative depuis le début de 2009 quand il a chuté à moins de 62 %. Depuis septembre 2008, 40 % des nouveaux emplois créés étaient des emplois temporaires, surtout des postes de durée déterminée et contractuels. Le pourcentage de travailleurs à temps partiel qui souhaitent travailler à temps plein est passé de 20 % en septembre 2008 à 26 % en septembre 2013.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens.  Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux.

Site Web : www.congresdutravail.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadianLabour

Renseignements : Angella MacEwen, économiste principale, CTC, 613-526-7412.