Lundi, 26 septembre 2016

Le 26 septembre est la journée de sensibilisation au mésothéliome au Canada. L’amiante – qui cause les mésothéliomes – est la principale cause de décès attribuables au travail au Canada. C’est pour cela que les syndicats du Canada incitent le gouvernement fédéral à interdire l’amiante.

« En tant que mécanicien, j’ai été exposé pendant plus de 20 ans à l’amiante que contiennent les plaquettes de frein. Le Canada continue d’importer des produits semblables contenant de l’amiante même s’il existe des produits de remplacement sans amiante faits au Canada. Il est inexcusable de mettre en péril des familles canadiennes », dit Hassan Yussuff, président du CTC.

« Plus de 2 000 personnes meurent chaque année de maladies telles que les mésothéliomes qui sont attribuables à l’exposition à l’amiante. C’est la sécurité des travailleurs et travailleuses et du public qui est en jeu, et c’est pourquoi nous incitons le gouvernement à adopter une interdiction complète de l’amiante », ajoute M. Yussuff.

Les syndicats canadiens croient que la législation devrait interdire l’utilisation, l’importation et l’exportation de l’amiante et qu’il faut en outre :

  • Créer un comité d’experts chargé de conseiller le Parlement sur la mise en œuvre;
  • Créer des répertoires nationaux à la fois des bâtiments contenant de l’amiante et des cas de maladies associées à l’amiante;
  • Établir une réponse globale des autorités sanitaires aux maladies causées par l’amiante;
  • Interdire l’utilisation de matériaux contenant de l’amiante dans le cadre des travaux d’infrastructure à financement fédéral;
  • Harmoniser les normes de réglementation du désamiantage;
  • S’assurer que le Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) exige que tous les produits contenant de l’amiante soient accompagnés de fiches signalétiques salvatrices mettant les travailleuses et les travailleurs en garde contre la présence d’amiante;
  • Revendiquer l’addition de l’amiante chrysotile à la liste des produits chimiques dangereux dont le commerce nécessite un consentement préalable en connaissance de cause selon la Convention de Rotterdam.