Jeudi, 23 mars 2017

Le Congrès du travail du Canada affirme que le budget présenté aujourd’hui par le gouvernement fédéral comporte des mesures positives sur quelques questions importantes pour les travailleuses et travailleurs canadiens et leurs communautés.

« Nous sommes heureux de voir dans le budget d’aujourd’hui des investissements dans plusieurs domaines clés que les syndicats ont longtemps défendus, y compris l’infrastructure, la formation professionnelle et les services de garde à l’enfance », a déclaré Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada.

« En investissant dans la formation professionnelle et l’infrastructure, y compris un montant de 11 milliards de dollars pour appuyer une stratégie nationale en matière de logement, le présent budget jette les bases pour la création de bons emplois avec un aspect social. Il ouvre également la voie à un dialogue continu et constructif entre le gouvernement, les syndicats et les groupes d’employeurs pour promouvoir la formation professionnelle dans ce pays », a déclaré M. Yussuff.

Cependant, M. Yussuff s’est dit préoccupé par la mise en place d’une nouvelle Banque de l’infrastructure du Canada, conçue pour faciliter l’investissement privé dans l’infrastructure publique, même si des rapports montrent que ces projets en PPP sont plus coûteux et offrent des emplois et services de moindre qualité. 

« Le gouvernement doit veiller à ce que l’infrastructure publique soit financée et exploitée par les fonds publics. Nous n’avons surtout pas besoin des mêmes partenariats privés-publics qui désavantagent les travailleuses et travailleurs et les communautés», a déclaré M. Yussuff.

Les services de garde à l’enfance sont également une question prioritaire pour les syndicats depuis de nombreuses années, et M. Yussuff a déclaré qu’il est heureux que le gouvernement se soit engagé à verser un 

financement pluriannuel (7 milliards de dollars sur 10 ans) selon le cadre national de services de garde. Cela comprend 40 000 nouvelles places subventionnées en garderie pour les familles à revenu faible ou modeste.  

« C’est une mesure importante dans le processus vers des services de garde de qualité et accessibles pour toutes les familles canadiennes. Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent maintenant veiller à ce que le financement accru soit rattaché aux principes contenus dans le cadre commun sur les services de garde », a déclaré M. Yussuff.

Les syndicats sont heureux de constater que les mesures contenues dans le budget de 2017 renforceront le système de recours commerciaux du Canada, y compris des modifications pour s’assurer que les syndicats aient le droit de participer à titre de parties intéressées à des procédures en recours commerciaux. Les syndicats vont continuer à faire pression pour que les syndicats puissent également formuler des plaintes pour engager des procédures.

Cependant, le CTC a exprimé sa déception quant à d’autres questions ayant une incidence sur les travailleuses et travailleurs canadiens. Tout d’abord, en matière d’assurance-emploi, qui exclut trop de sans-emploi au Canada en raison des conditions d’admissibilité très strictes et de prestations insuffisantes.

Deuxièmement, sur la question des soins de santé, le CTC accueille favorablement les investissements en matière de santé mentale et de soins à domicile, mais espérait que le gouvernement s’engagerait à assurer un financement stable et à long terme dans le cadre d’un accord national sur la santé. Malheureusement, on maintient dans ce budget la réduction dans le Transfert canadien en matière de santé imposée par le gouvernement Harper, ce qui poursuit le sous-financement du système de santé dans son ensemble. 

Enfin, les syndicats ont été déçus de constater que le budget 2017 ne prévoit pas l’amélioration de la prestation fiscale pour le revenu de travail, ce qui signifie que les travailleurs et travailleuses au salaire minimum à temps plein n’y auront toujours pas accès.