Lundi, 12 mars 2018

Les syndicats du Canada saluent l’annonce récente du gouvernement fédéral qu’il envisage de modifier le Code canadien du travail pour inclure cinq jours de congé payé pour violence conjugale pour les travailleuses et travailleurs dans les milieux de travail sous réglementation fédérale. Cette annonce fait suite à la promesse de l’an dernier d’offrir dix jours de congé non payé pour les travailleuses et travailleurs victimes de violence conjugale.

« Les syndicats canadiens revendiquent un congé payé pour violence conjugale depuis des années. Ce qui a commencé comme un projet plutôt modeste avec une enquête nationale a donné lieu à l’obtention d’importantes informations sur les effets de la violence conjugale au travail. Maintenant, nous constatons de réels progrès », a dit Hassan Yussuff, président du CTC.

M. Yussuff a félicité le Manitoba d’avoir été la première province à adopter un congé payé pour violence conjugale en 2016. Le Manitoba prévoit maintenant le droit à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs d’obtenir cinq jours de congé payé pour violence conjugale, en plus de dix jours supplémentaires non payés. Si nécessaire, une travailleuse ou un travailleur peut demander jusqu’à 17 semaines de congé non payé sans compromettre son emploi. Plus tôt cette année, l’Ontario a également adopté un congé payé de cinq jours pour les survivants de violence conjugale et sexuelle et, si nécessaire, jusqu’à 15 semaines de congé non payé.

« Le congé payé pour violence conjugale offert aux personnes qui font l’objet de violence leur permet de prendre des mesures qui peuvent les aider à se protéger, ainsi que leurs enfants. Il faut du temps pour accomplir le nécessaire suite à de la violence conjugale - comme de trouver un nouveau logement, d’ouvrir un nouveau compte bancaire ou de rencontrer un avocat et la police - des tâches qui doivent être accomplies pendant une journée de travail », a déclaré Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du CTC.

Le mouvement pour un congé payé prend de l’ampleur partout au Canada. De nombreux syndicats locaux ont maintenant négocié des dispositions relatives au congé pour violence conjugale. Toutefois, les syndicats du Canada veulent que ce droit soit étendu à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs, et ces derniers demandent que partout au Canada leurs gouvernements provinciaux et territoriaux modifient les normes d’emploi et offrent un congé payé pour violence conjugale à tous les employés qui en ont besoin.

Le congé payé est une des nombreuses formes de soutien auxquelles les victimes de violence conjugale ont accès dans leur lieu de travail. Le CTC a élaboré un programme de formation destiné aux délégués et les représentants syndicaux, afin de leur donner les moyens d’identifier les membres qui sont victimes de violence conjugale et d’intervenir. Notre Centre de ressources en ligne sur la violence conjugale au travail contient de la documentation pour les individus, les représentants et les syndicats qui veulent en savoir plus et soutenir leurs collègues. Les syndicats du Canada sont également fiers d’avoir négocié un soutien pour les victimes de violence conjugale dans de nombreuses conventions collectives.