Grandparents walking with grandchildren

Lundi, 21 décembre 2015

OTTAWA – Depuis 2009, le Congrès du travail du Canada revendique activement l’expansion du Régime de pensions du Canada. Aujourd’hui, il a répondu à l’annonce faite par les ministres des Finances selon laquelle ils entreprendront une discussion et une consultation sur les options pour l’avenir du RPC.

« La population canadienne appuie l’expansion du RPC et il y a déjà longtemps qu’on aurait dû y voir », dit Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada.

« Nous procédons à des consultations et à des recherches à ce sujet depuis six ans et nous espérons que les résultats éclaireront les discussions des ministres et les aideront à aller de l’avant rapidement. Nous avons hâte de collaborer avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral pour voir à ce que soit instauré un RPC élargi dont bénéficieront tous les travailleurs et les travailleuses canadiens », ajoute M. Yussuff.

M. Yussuff signale que près des deux tiers des travailleurs et travailleuses du Canada – soit 11 millions de personnes – ne sont pas assujettis à un régime de pensions offert en milieu de travail.

« Après une vie de dur travail, personne ne devrait prendre sa retraite dans la pauvreté. Pourtant, cela se passe de plus en plus souvent. L’expansion universelle du RPC est le meilleur moyen de régler la crise de l’épargne-retraite au Canada », ajoute M. Yussuff.

M. Yussuff fait remarquer que même les travailleurs et les travailleuses qui sont assujettis à un régime offert en milieu de travail ou qui ont une autre forme d’épargne-retraite risquent de vivre leur retraite dans l’insécurité financière. Le nombre des employeurs qui offrent des pensions en milieu de travail diminue et un nombre croissant de régimes offerts en milieu de travail réduisent les prestations qu’ils versent. Par contraste, le RPC suit les travailleurs et les travailleuses d’emploi en emploi, est indexé au coût de la vie et verse des prestations à vie, quel que soit le rendement boursier.

M. Yussuff conclut en ces termes : « L’expansion du RPC est favorable aux gouvernements et aux contribuables. Parce que le RPC est universel et financé exclusivement par les travailleurs et travailleuses et leurs employeurs, il est extrêmement économique et fiable. »

Le Congrès du travail du Canada est la voix nationale du mouvement syndical et il représente 3.3 millions de travailleurs et travailleuses canadiens.