woman at computer

Mercredi, 27 juillet 2016

Le Congrès du travail du Canada accueille favorablement la publication aujourd’hui du rapport intérimaire de l’Examen portant sur l’évolution des milieux de travail de l’Ontario. Le rapport reconnaît les nombreuses façons dont le travail évolue au 21e siècle. Il trace également la voie aux améliorations législatives qui permettraient d’améliorer les normes de tous les travailleurs et travailleuses dans le milieu de travail moderne, qu’il soit syndiqué ou non.

« Nous savons que notre monde du travail est en mutation, et l’Ontario a abordé ce défi de la bonne façon. Il s’agit du plus important examen réalisé en Ontario depuis 20 ans, et il jette les bases d’un nouvel ensemble de normes en milieux de travail qui permettront de garantir du travail décent au 21e siècle », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

« Maintenant que ce rapport est publié, nous encourageons le gouvernement à accepter les défis soulignés dans ce rapport et à y donner suite avec audace et ambition », a ajouté M. Yussuff. M. Yussuff a encouragé le gouvernement à continuer de travailler avec la Fédération du travail de l’Ontario afin de concevoir et de mettre en œuvre des changements relatifs à l’examen.

Certaines des nombreuses questions soulevées par les syndicats lors du processus de consultation, comme la planification des horaires de quarts de travail et les jours de congé de maladie, sont des préoccupations partout au Canada. Le CTC encourage d’autres provinces à adopter une large approche semblable à celle de l’Ontario, qui a permis l’examen d’un large éventail de changements possibles, à la fois aux normes d’emploi et au Code du travail provincial.

« Les syndicats canadiens travaillent d’arrache-pied pour améliorer le quotidien de tous les Canadiens et Canadiennes, ce qui signifie en partie demeurer à jour quant aux changements que nous constatons dans notre monde du travail. Nous nous réjouissons à l’idée de poursuivre nos travaux avec les gouvernements provinciaux et fédéral quant aux questions que ces changements soulèvent pour les travailleurs et travailleuses », a déclaré M. Yussuff.