Jeudi, 4 octobre 2018

Le 7 octobre marque la Journée mondiale pour le travail décent et le thème cette année est « Changer les règles ». Partout au monde et ici au Canada, les syndicats soulignent la Journée mondiale pour le travail décent par des actions d’organisation et de plaidoyer, ainsi que des campagnes visant à améliorer les conditions de travail de tous les travailleurs et travailleuses.

Le Congrès du travail du Canada mène des campagnes réclamant que le gouvernement fédéral aborde des questions clés touchant les travailleurs et travailleuses, en lui demandant de changer les règles pour créer du travail décent et préserver la dignité pour tous les Canadiens et Canadiennes.

« Améliorer la vie de tous les travailleurs et travailleuses est toujours une priorité absolue pour les syndicats au Canada. Dans le contexte actuel de précarité et de compressions budgétaires au Canada, il est plus important que jamais de défendre les bons emplois pour assurer la stabilité et la dignité de tous les travailleurs canadiens », a déclaré le président du CTC Hassan Yussuff. « Nous croyons que le travail décent doit donner accès à des services de garde à prix abordable, protéger les retraites des travailleurs en cas de faillite et comprendre une loi proactive sur l’équité salariale, entre autres. »

En cette Journée pour le travail décent, les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral de donner la priorité à l’accès à un travail décent au Canada en prenant les mesures suivantes :

  • Rétablir le salaire minimum fédéral à 15 $ l’heure, l’indexer à la croissance des salaires et remettre le plein emploi au cœur des politiques publiques.
  • Éliminer la discrimination salariale et adopter des lois fortes et proactives sur l’équité salariale englobant les recommandations du Groupe de travail de 2004 sur l’équité salariale. Les femmes ne devraient pas gagner moins que les hommes, mais l’écart salarial entre les sexes n’a pas été réduit depuis des décennies. En fait, il s’élargit dans bien des cas. L’adoption d’une loi sur l’équité salariale permettrait de voir à ce que différents emplois soient comparés selon leur valeur et que ceux-ci soient jugés aux compétences, à l’effort, à la responsabilité et aux conditions de travail, sans qu’il y ait de place pour la discrimination fondée sur le sexe.
  • Réformer les lois sur la faillite pour protéger les retraites et les avantages sociaux des travailleurs et travailleuses. Ces travailleurs échangent un salaire plus élevé en ce moment pour recevoir une pension à la retraite - il est inadmissible qu’ils passent en dernier quand une entreprise fait faillite.
  • Rendre les lieux du travail sécuritaires en renforçant la législation fédérale en matière de harcèlement et de violence fondés sur le sexe. Le harcèlement et la violence fondés sur le sexe demeurent un très important obstacle à l’accès des femmes à l’égalité, particulièrement en milieu de travail. Le harcèlement et la violence fondés sur le sexe peuvent avoir des répercussions graves sur la santé physique, émotionnelle et mentale des femmes et sur leur rendement au travail. Ils peuvent compromettre leur capacité d’avancer en milieu de travail et même leur faire perdre leur emploi.
  • Résoudre la crise des services de garde et s’engager à financer à long terme des services de garde publics, universels, de haute qualité et à prix abordable. L’accès à des services de garde à l’enfance de qualité à un prix abordable est une question de justice économique pour les femmes. Les services de garde à l’enfance permettent aux femmes de décrocher un emploi acceptable, de subvenir aux besoins de leur famille, de mener une carrière et de parfaire leur instruction ou d’acquérir des compétences.
  • Éliminer les centrales au charbon par des politiques progressistes qui gardent les gens et les communautés au cœur des préoccupations. Le Groupe de travail sur la transition équitable pour les collectivités et les travailleurs des centrales au charbon canadiennes préparera des recommandations visant à influencer les plans du Canada pour éliminer progressivement les centrales au charbon. Elles comprendront notamment d’aider les travailleurs à trouver un emploi comparable grâce à des programmes de recyclage et à des ressources qui soutiennent les collectivités touchées à faire la transition dans leur économie locale.

Un travail décent signifie l’égalité des chances pour tous de trouver du travail qui est productif et offre un revenu équitable, la sécurité au travail et une protection sociale pour les familles, de meilleures perspectives de développement personnel et l’intégration sociale.