Vendredi, 18 août 2017

Le Congrès du travail du Canada (CTC) condamne les violences récentes à Charlottesville, le résultat de manifestations de provocation motivées par le racisme, la haine et l’exclusion. Défilant munis de torches et de symboles nazis et entonnant des chants haineux, racistes et antisémites, des partisans de la suprématie de la race blanche, y compris l’ancien directeur du Ku Klux Klan, s’en sont pris aux personnes venues courageusement défendre la dignité humaine, tuant la militante des droits civils Heather Heyer et blessant des dizaines d’autres personnes. Les syndicats du Canada se montrent solidaires des victimes de cette violence délibérée et haineuse.

Les États-Unis, dont le président a lui-même encouragé la haine et soutient maintenant les auteurs des violences à Charlottesville plutôt que de les condamner, font face à un défi des plus alarmants. 

Nous faisons aussi face à ce défi ici, au Canada. Certains des néonazis qui défilaient à Charlottesville venaient du Canada, et la haine qu’ils préconisent obtient de plus en plus d’appui ici aussi. Qu’il s’agisse du traitement des peuples autochtones, de l’assassinat de fidèles musulmans à Québec ou d’innombrables autres exemples de haine auxquels les personnes racialisées et vulnérables sont confrontées, nous devons reconnaître que nous aussi sommes face à la tâche considérable de lutter contre le racisme, l'islamophobie, la xénophobie et la haine dans notre propre nation.

Le CTC exhorte les leaders des milieux syndicaux, communautaires, politiques et des affaires, peu importe leur allégeance politique, à travailler en solidarité pour relever ce défi et pour aider à éliminer la haine, la discrimination et l’oppression que subissent les minorités et les personnes vulnérables au Canada.