Vendredi, 6 décembre 2013

OTTAWA ― Le président du Congrès du travail du Canada dit que le chômage demeure élevé au Canada après la récession et que le nombre et la qualité des nouveaux emplois laissent beaucoup à désirer.

« Le taux de chômage officiel se maintient à près de 7 %, mais ce n'est que le début, dit Ken Georgetti. Le nombre de travailleurs et travailleuses sous-employés et qui ont renoncé à chercher du travail dépasse maintenant le nombre de personnes en chômage. Au cours des douze derniers mois, 40 % des nouveaux emplois sont à temps partiel, et les travailleurs à temps partiel représentent maintenant 19 % du total de la population active. C'est le constat accablant de nos résultats en matière de création d'emplois au Canada. » 

M. Georgetti réagissait à la publication par Statistique Canada de son Enquête sur la population active de novembre 2013. « Je continue de recevoir des lettres et des courriels de gens qui n'ont pas eu d'emplois depuis des mois, ou qui ont des emplois précaires. Certaines des personnes qui ont communiqué avec moi sont des parents qui sont extrêmement préoccupés par leurs enfants qui n'arrivent pas à trouver un travail décent. C'est très inquiétant. »

Selon Statistique Canada, le pays comptait 1 315 800 sans-emploi en novembre et le taux de chômage s'établissait à 6,9 %. Dans le groupe de 15 à 24 ans, le taux de chômage officiel s'élève à 13,4 %. 47,6 % des jeunes travailleurs et travailleuses n'étaient employés qu'à temps partiel en novembre.

« Le ministre des Finances ne cesse de dire que nous avons remplacé tous les emplois perdus lors de la grande récession de 2008-2009. Il ne précise pas que la taille de la population active a augmenté depuis 2008, alors nous n'avons vraiment pas récupéré ces emplois, indique M. Georgetti. De plus, les emplois qui sont créés ne sont pas, pour la plupart, à plein temps et ne permettent pas de subvenir aux besoins d'une famille. Il est grand temps que le gouvernement cesse de parler d'austérité et commence à parler d'aider à créer de bons emplois. » 

Analyse rapide d’Angella MacEwen, économiste principale du CTC

Le nombre d'emplois a augmenté de 22 000 en novembre, presque tous à temps partiel et autonomes. La croissance des emplois dans le secteur privé a compensé les pertes dans le secteur public en novembre. Au cours des 12 derniers mois, le travail à temps partiel a représenté un pourcentage proportionnellement élevé de la croissance de l'emploi, soit près de 40 % des nouveaux emplois et 19 % du total de la population active.

La croissance moyenne de l'emploi en 2013, qui se chiffrait à 13 400 emplois par mois, a été nettement inférieure à la moyenne de 25 400 emplois par mois en 2012. En dépit de tout cela, le taux de chômage a baissé au cours des derniers mois, principalement parce la proportion de Canadiens et Canadiennes qui participent au marché du travail est moins élevée. Le taux de participation à la population active a diminué, passant de 66,8 % en novembre 2012 à 66,4 % en novembre 2013.

Les jeunes travailleurs et travailleuses, notamment, ont de la difficulté à intégrer le marché du travail, et davantage d'entre eux quittent la population active. Une mesure plus vaste du sous-emploi qui évalue le nombre de travailleurs et travailleuses à temps partiel involontaire et ceux qui sont découragés établit le taux de chômage chez les jeunes à 17,2 %.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux.

Site Web : www.congresdutravail.ca
Suivez‑nous sur Twitter : @CanadianLabour