Lundi, 12 juin 2017

Les syndicats du Canada applaudissent au fait qu’un cadre multilatéral d’apprentissage et de garde des jeunes enfants a été signé aujourd’hui par Jean-Yves Duclos, ministre des Familles, des Enfants et du Développement social et ses homologues provinciaux et territoriaux.

Le Cadre indique des principes directeurs et engage le gouvernement fédéral à procéder à un financement échelonné. Il sera accompagné d’ententes bilatérales séparées conclues avec chaque province et territoire.

« Nous sommes heureux que le gouvernement fédéral s’engage à créer un système fondé sur des principes, à investir dans les services de garde réglementés et à s’attaquer à la crise des services de garde à l’enfance que vivent les familles les plus vulnérables », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC. « Nous devons voir à ce qu’il s’engage également à bâtir un système assurant des services de garde à toutes les familles qui en ont besoin. »

M. Yussuff dit que les syndicats ont été encouragés par les récents engagements provinciaux à assurer l’accès universel aux services de garde à l’enfance et qu’ils sont déçus par le fait que l’accord conclu aujourd’hui n’assure pas cet accès.

Malgré les récentes compressions, le régime québécois constitue depuis longtemps un exemple à suivre. Les récentes annonces faites par l’Alberta et l’Ontario témoignent d’une volonté des gouvernements provinciaux de favoriser l’instauration d’un système universel, et le gouvernement nouvellement élu de la Colombie-Britannique s’est engagé à instaurer en priorité des garderies à 10 $ par jour.

« Nous continuerons à faire des pressions pour que les ententes bilatérales englobent l’universalité. Il faut assurer des services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants à toutes les familles qui en ont besoin », a ajouté M. Yussuff.

M. Yussuff annonce que les syndicats continueront également à s’efforcer de voir à ce que les ententes bilatérales comprennent de clairs engagements à assurer la prestation des services de garde par des organismes publics et sans but lucratif.

« Nous devoir voir à ce que tous les gouvernements investissent dans les services de garde publics et sans but lucratif parce que c’est la clé de l’assurance de leur qualité », a-t-il précisé.

Le cadre multilatéral indique les principes sur lesquels doit reposer la prestation des services par les provinces et les territoires : le prix abordable, l’accessibilité, la qualité, la flexibilité et l’inclusivité.

Le Cadre stipule en outre que les provinces et les territoires doivent :

  • Investir dans les services réglementés pour les enfants de moins de six ans;

  • Aider particulièrement les familles les plus nécessiteuses, y compris les familles à faible revenu, monoparentales, autochtones, vivant dans des collectivités où les services sont les moins accessibles, dont les heures de travail sont atypiques ou qui comprennent des enfants dont les capacités sont variables;

  • Assurer la présentation de rapports et l’évaluation du rendement;

  • Voir à ce que les dépenses servent non pas à remplacer les programmes existants d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, mais bien à élargir le système.

« Le cadre signé aujourd’hui constitue un pas en avant pour les familles, les femmes et l’économie. Les syndicats sont prêts à collaborer avec les gouvernements pour voir à ce que des régimes inclusifs et vraiment universels fournissant des services de qualité à prix abordable soient établis dans l’ensemble du Canada. C’est ce dont les familles ont si grandement besoin », a dit M. Yussuff en terminant.