Mardi, 9 mai 2017

Les syndicats du Canada célèbrent l’annonce faite par Patty Hajdu, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, selon laquelle le Canada va enfin ratifier la Convention 98 de l’Organisation internationale du Travail.

La ministre a confirmé la nouvelle avant de participer à un événement de solidarité internationale tenu lors de l’Assemblée générale du Congrès du travail du Canada à Toronto.

« Notre gouvernement comprend que le mouvement syndical est un élément clé des relations de travail saines qui bénéficient aux personnes dans les lieux de travail de tout le pays », a déclaré la ministre Hajdu. « Nous nous sommes engagés à ratifier la Convention 98 et d'envoyer un message clair au monde sur le droit des travailleurs et travailleuses de se syndiquer au Canada. »

« Il s’agit d’un important et très attendu pas vers l’avant pour les relations de travail canadiennes », dit Hassan Yussuff, président du CTC.

La convention est la seule que le Canada n’a pas encore ratifiée parmi les huit qui sont considérées par l’OIT comme le minimum de droits fondamentaux dont les gens ont besoin pour se défendre et améliorer leurs droits et leurs conditions au travail et pour travailler en toute liberté et dignité.

La Convention sur le droit d’organisation et de négociation collective, 1949 protège tous les travailleurs et les travailleuses contre la discrimination antisyndicale, y compris le fait de se faire obliger à renoncer à son adhésion syndicale afin d’obtenir un emploi ou le fait de voir mettre fin à son emploi pour avoir participé à des activités syndicales.

Les syndicats du Canada s’efforcent de faire ratifier cette convention depuis des décennies mais, depuis 1949, les gouvernements successifs du Canada l’ont refusé. La décision fera du Canada le 165e pays à ratifier la Convention. Les États-Unis, le Mexique et 20 autres pays ne l’ont pas encore ratifiée.

« Sur le plan international, cette ratification signifie que le Canada peut plus efficacement insister pour que des partenaires commerciaux tels que les États-Unis et le Mexique respectent et mettent en œuvre les droits syndicaux », a affirmé M. Yussuff. « C’est de la plus haute importance car nous risquons de devoir renégocier l’ALENA ».

M. Yussuff a déclaré que la ratification aidera à renforcer les récentes décisions de la Cour suprême du Canada qui protègent les droits syndicaux.

« Ces décisions de la Cour suprême sont exécutoires pour toutes les cours et tous les tribunaux du Canada. Les gouvernements provinciaux et territoriaux devront se conformer à la Convention 98 eux aussi, et les syndicats du Canada s’efforceront de voir à ce qu’ils s’y conforment », a déclaré M. Yussuff.

Renseignements médias :
Chantal St-Denis
Représentante nationale, relations avec les médias
Communications du CTC
613-355-1962
cstdenis@clc-ctc.ca