Mercredi, 24 janvier 2018

Les syndicats du Canada s’unissent pour protester contre l’annonce faite aujourd’hui selon laquelle le gouvernement du Canada signera un nouvel accord commercial appelé Partenariat transpacifique parce que cela démentit la prétention du gouvernement de défendre les travailleuses et les travailleurs du Canada.

« L’annonce subite du nouvel accord, sans consultation ni transparence, est antidémocratique et démentit la prétention du gouvernement selon laquelle il défend les travailleuses et les travailleurs au cours des négociations commerciales », déclare Hassan Yussuff, président du CTC.

M. Yussuff rappelle l’opposition répandue au PTP qui a été manifestée au cours des consultations pancanadiennes en 2016.

« Partout où le gouvernement s’est rendu, les membres de la population canadienne ont indiqué clairement qu’ils s’opposaient à l’accord parce qu’il éliminerait des emplois au Canada et nuirait aux industries canadiennes », a-t-il indiqué.

« Il est clair qu’aucun des problèmes que pose le PTP n’a été réglé. L’accord aura pour effets non seulement de nuire directement aux travailleurs et travailleuses mais aussi de compromettre toute stratégie progressiste sur l’ALENA et tout autre accord commercial », ajoute-t-il,

Les problèmes mis en évidence par les syndicats du Canada depuis que le Canada a commencé à participer aux négociations sur le PTP en 2012 comprennent les suivants :

  • Le chapitre 12 du PTP permet aux entreprises d’amener des employés en masse au Canada sans exiger que ces personnes aient une rémunération équitable;
  • Les employeurs pourront muter des gens de métier spécialisés et du personnel technique au Canada sans qu’il ne soit exigé qu’ils tentent préalablement d’engager des personnes au Canada;
  • Les dispositions du PTP sur le travail n’ont pas de mordant et ne garantissent nullement le respect des droits fondamentaux des travailleurs et travailleuses des pays membres du PTP ni la possibilité de ceux-ci d’exercer leurs droits de se syndiquer et de négocier collectivement;
  • L’accord comportera des pertes d’emploi massives dans le secteur de l’automobile du Canada parce qu’il élimine toute mesure d’encouragement de la construction d’automobiles au Canada et fait augmenter l’incitation des fabricants à s’approvisionner en pièces dans des pays à bas salaires ne faisant pas partie du PTP. Aucune entente particulière ne peut accroître les exportations d’automobiles du Canada au Japon;
  • Le PTP compromettra les efforts faits par les gouvernements pour lutter contre les changements climatiques. Les mécanismes de règlement des différends entre les investisseurs et les États permettent aux entreprises de contester des règlements environnementaux et décourageront peut-être les gouvernements qui essaient de lutter contre les changements climatiques. 

M. Yussuff déclare qu’on ne sait pas encore, au juste, si le nouvel accord protégera le marché laitier canadien de 250 millions de litres par année et les emplois qui y sont associés.