Vendredi, 8 novembre 2013

OTTAWA ―Le président du Congrès du travail du Canada affirme que trop de travailleurs canadiens sont coincés dans des emplois à temps partiel, et que d’autres ont tout simplement renoncé à chercher un emploi.

Ken Georgetti commentait la diffusion des résultats de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada pour octobre 2013. « Je reçois des lettres pratiquement tous les mois de gens qui cherchent un emploi à temps plein et n’arrivent pas à en trouver », a déclaré Ken Georgetti. « Je reçois aussi des lettres de parents dont les enfants ont terminé leurs études collégiales et universitaires avec une dette d’études et ne réussissent pas à trouver un emploi. Souvent, ces jeunes sont contraints de vivre dans le sous-sol de leurs parents. Ça me brise le cœur. »

Selon Statistique Canada, il y avait 1 325 000 Canadiens sans emploi en octobre, le même nombre qu’en septembre, et le taux de chômage global est demeuré à 6,9 %. Dans le groupe d’âge des 15 à 24 ans, le taux de chômage officiel a augmenté à 13,4 %, alors que de plus en plus de jeunes ont pénétré le marché du travail. En septembre, le taux de chômage chez les jeunes était de 12,9 %. Au total, 47,8 % des jeunes travailleurs occupaient un emploi à temps partiel en octobre, le même pourcentage qu’en septembre.

« Nous avons un problème avec un taux de chômage persistant et élevé, mais le ministre des Finances prétend que nous devons maintenir les mesures d’austérité et les compressions, a affirmé Ken Georgetti. Cette situation inflige des souffrances considérables aux personnes et aux familles, et signifie aussi que la production de notre économie est bien inférieure à son potentiel. »  

Le président du CTC souligne qu’Ottawa a une responsabilité à soutenir la création d’emploi et la formation. « Nous avons plus d’un million de personnes au chômage qui veulent travailler et contribuer à leur propre prospérité et à celle du pays. »

Analyse rapide de l’économiste principale du CTC, Angella MacEwen

Il n’y a littéralement aucun changement dans le nombre de personnes sans emploi ou le taux de chômage en octobre. Le faible gain de 13 200 emplois correspond exactement à la croissance de la main-d’œuvre, ce qui maintient le taux de chômage à 6,9 %. La plupart des emplois créés en octobre l’ont été dans le secteur public, notamment dans le secteur des soins de santé. Le taux de chômage chez les jeunes a augmenté à 13,4 %, alors que de plus en plus de jeunes ont pénétré le marché du travail.

Dans une perspective de changement à long terme, le secteur manufacturier a perdu plus de 50 000 emplois depuis octobre 2009, et le secteur de la construction a connu un gain de 150 000 emplois pendant la même période. Le secteur des soins de santé et de l’aide sociale a connu l’augmentation la plus forte du nombre d’emplois au cours de cette période avec l’ajout de près de 240 000 emplois.
 
Alors que le taux de chômage se maintient à 6,9 %, une mesure plus large du chômage indique une plus grande faiblesse du marché du travail. Le taux de sous-utilisation de la main-d’œuvre est à la hausse. La mesure comprend les gens qui travaillent à temps partiel sur une base involontaire et ceux qui ont renoncé à trouver un emploi. Au cours des trois mois d’octobre précédent 2009, le pourcentage de sous-utilisation de la main-d’œuvre était en moyenne de 11 %, et ce taux a augmenté à 14,5 % en octobre 2009 (les données ne sont pas désaisonnalisées). Pour les trois derniers mois d’octobre, ce pourcentage était de ou aux environs de 13 %, récupérant moins de la moitié des pertes découlant de la récession. Il reste une place considérable pour des mesures de relance fiscales afin d’améliorer les conditions du marché du travail.
 
Le taux de chômage chez les nouveaux arrivants ayant un statut d’immigrant reçu est de 8 %, soit un pourcentage plus élevé que la moyenne du taux de chômage. Les personnes ayant le statut d’immigrant reçu accordé plus récemment – au cours des cinq dernières années – connaissent un taux de chômage encore plus élevé à 11,2 %. Le taux de chômage chez les jeunes travailleurs nés au Canada était de 12,5 %, par rapport à 17,4 % chez les jeunes à qui le statut d’immigrant reçu a été accordé.

Le Congrès du travail du Canada, la voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada ainsi que les fédérations provinciales et territoriales du travail, et 130 conseils du travail de district.

Site Web : www.congresdutravail.ca
Suivez-nous sur Twitter @CanadianLabour

Renseignements : Angella MacEwen, économiste principale, CTC, 613-526-7412.