image of two faces and the text "working while black"

Mercredi, 1 février 2017

Par Marie Clarke Walker, vice-présidente exécutive du CTC

En 1946, Viola Desmond, femme d’affaire de Halifax, voulut aller voir un film et prit un siège au rez-de-chaussée de la salle. Le personnel du cinéma exigea qu’elle aille s’asseoir au balcon, là où se trouvaient les places destinées aux Noirs. Lorsqu’elle refusa, la police fut appelée et les agents traînèrent Viola Desmond dehors. Elle fut détenue toute la nuit en prison sans être informée de ses droits.

La discrimination dont fit l’objet Viola Desmond n’était que la pointe de l’iceberg. Les Noirs canadiens étaient la cible d’une discrimination largement répandue dans les domaines du logement et de l’emploi. Ils rencontraient des difficultés à se faire servir dans les hôtels et les restaurants ou à être acceptés dans les théâtres et les piscines. Les enfants noirs étaient parfois envoyés dans des écoles séparées, notamment en Nouvelle-Écosse et en Ontario. La dernière école ségréguée au Canada a fermé ses portes en 1983.

La décision de Viola Desmond de résister ce jour-là et de se battre contre les accusations portées contre elle a aidé à mobiliser la communauté noire de la Nouvelle-Écosse et à faire prendre conscience du racisme et de la ségrégation au Canada et dans le monde. Grâce au courage d’individus comme Viola Desmond, la ségrégation a légalement pris fin en Nouvelle-Écosse, en 1954.

En février, nous célébrons le Mois de l’histoire des Noirs en évaluant le chemin parcouru. Certes, nous avons bien avancé et, selon certains, fait des progrès. 

Les Noirs ne sont plus obligés d’occuper des sièges désignés dans les salles de cinéma. Aujourd’hui, nous sommes fiers de reconnaître le courage de Mme Desmond, sa résistance et sa contribution en faisant figurer son portrait sur le billet de 10 $ canadien. 

Pendant le Mois de l’histoire des Noirs, nous devons également prendre le temps d’évaluer ce que nous avons à faire pour bâtir notre avenir, y compris comment rendre la société plus inclusive et plus équitable. 

À ce point de notre histoire, le défi peut sembler particulièrement redoutable. Le racisme systémique est encore une réalité quotidienne pour les Canadiennes et les Canadiens de race noire. À titre d’exemple, la police de Halifax a publié il y a quelques semaines des statistiques montrant que les contrôles de rue sont trois fois plus fréquents pour les Noirs que pour les Blancs. Le fichage et le profilage racial sont pratiqués dans tout le pays. Ce ne sont là que deux parmi les nombreux exemples de racisme anti-noir dans notre société.

Alors, comment aborder l’avenir dans cette réalité nouvelle? Les syndicats et les individus peuvent faire beaucoup. 

Les syndicats doivent veiller à ce que les droits de la personne soient au cœur de leur travail. Les enjeux doivent tous être considérés sous l’angle de l’équité. 

Nous savons depuis longtemps que la justice raciale et économique sont fondamentalement liées et nous pouvons mieux intégrer cette analyse dans notre travail.

Nous devons également continuer d’éduquer nos membres sur la réalité du racisme systémique et d’autres formes d’oppression. À l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs, le CTC a organisé une série de webinaires intitulée « Travailler quand on est noir ». La série mettra en lumière la contribution des militantes et militants et des organisatrices et organisateurs noirs au Canada, aidera à renforcer la solidarité entre les mouvements et à améliorer les compétences et les connaissances afin de faire face au racisme anti-Noir dans les milieux de travail et les collectivités d’aujourd’hui. 

À travers ces initiatives et l’élaboration d’une vision pour un avenir plus juste, les syndicats peuvent trouver un terrain commun pour rapprocher les membres et les communautés.

En tant qu’individus, pour progresser, il faut s’occuper de soi et les uns des autres. Ainsi, on peut apprendre à reconnaître et à se laisser inspirer par ces individus courageux qui hier, aujourd’hui et demain se sont consacrés à promouvoir l’inclusion dans les milieux de travail et les collectivités. Célébrons le Mois de l’histoire des Noirs en nous inspirant de leurs stratégies, de leur énergie et de leur courage.