Pourquoi les employeurs et les syndicats doivent-ils participer à la sensibilisation à la violence conjugale?

La plupart des employeurs canadiens ne sont pas prêts à répondre à la violence conjugale (VC) et il s’ensuit que cela nuit à des travailleuses au travail.

Il arrive souvent que les auteurs de violence conjugale s’en prennent à leur victime en milieu de travail parce qu’ils savent que le lieu de travail est un endroit où sa vie demeure prévisible et inchangée. Même si la victime a quitté le foyer pour échapper à une relation de violence, son agresseur peut l’aborder au travail.

Une travailleuse ou un travailleur sur trois a déjà fait l’objet de violence conjugale au travail, et plus de 80 % des victimes indiquent que cela a nui à leur travail. Leur faible rendement au travail, leur difficulté à se concentrer, leurs retards et leurs absences peuvent exposer les victimes à des sanctions disciplinaires et même à une perte d’emploi.

Il est important de soutenir les membres affectés par la violence conjugale. Le fait de voir à ce que les victimes de violence conjugale conservent leur emploi peut :

  • réduire le risque de violence en assurant l’accès à de l’information et à des soutiens
  • empêcher les victimes de se sentir emprisonnées dans leur relation en raison de leur dépendance financière  
  • permettre aux agresseurs d’obtenir de l’aide.

Comment les délégués syndicaux, le personnel des services des ressources humaines et les représentants patronaux et syndicaux en matière de SST peuvent-ils répondre à la violence conjugale au travail?

Pour que les délégués syndicaux, le personnel des services des ressources humaines et les représentants patronaux et syndicaux en matière de santé et de sécurité puissent répondre à la violence conjugale au travail, ils doivent comprendre de quoi il s’agit et savoir comment reconnaître les indices et les facteurs de risque de violence conjugale.

La violence conjugale comprend toute forme de violence physique, sexuelle, émotionnelle ou psychologique, y compris la traque et le contrôle financier. Elle diffère dans chaque situation, mais il s’agit d’un comportement adopté par une personne pour prendre l’ascendant sur une autre avec laquelle elle a une relation intime et la dominer.

La VC peut exister entre actuels ou anciens partenaires. Elle sévit dans tous les groupes raciaux, économiques et religieux, entre personnes ayant un handicap et dans des relations homosexuelles et hétérosexuelles.