La Mental Injury Toolkit (trousse de prévention des dommages psychologiques) a été créée par des représentantes et représentants en matière de santé et de sécurité de 10 syndicats et des chercheuses et chercheurs de différents centres afin d’aider les sections locales syndicales et leurs comités de santé et de sécurité à relever et à analyser des facteurs de stress professionnel qui peuvent nuire à la santé mentale et physique.

La MIT se définit comme suit : « La trousse donnera aux travailleuses et travailleurs des connaissances de base au sujet du stress professionnel et de la façon de le réduire. Elle comprend des définitions et elle indique des causes courantes de détresse psychologique, des cadres juridiques (surtout ontariens), des mesures qu’il est possible de prendre et des ressources disponibles. Il s’agit d’un guide d’initiation et d’action établi par des travailleuses et travailleurs pour les travailleuses et les travailleurs. Les outils proposés ne sont pas des outils de diagnostic clinique. Ils ne sont pas destinés à diagnostiquer des troubles physiques ou psychologiques ni à être employés par un médecin à cette fin.

Ces outils visent à cerner les problèmes qui peuvent se poser en milieu de travail et à indiquer d’éventuels moyens de les régler. La présente trousse et les outils qu’elle comprend sont présentés principalement dans le contexte de la législation de l’Ontario – les travailleuses et les travailleurs relevant de la compétence d’autres provinces ou de la compétence fédérale devraient se reporter au cadre juridique de la compétence appropriée. »

La trousse peut facilement être adaptée à d’autres compétences, et les syndicats devraient étudier la possibilité de s’en servir comme d’un outil proactif et très concret de règlement de problèmes systémiques de santé au travail. 

La trousse met à disposition un instrument d’enquête :
« Le questionnaire psychosocial de Copenhague (COPSOQ) est un outil permettant aux travailleuses et travailleurs de consigner leurs expositions à des risques psychosociaux et les effets généraux qu’elles ont eus sur leur santé. Le questionnaire aide à dégager les rapports entre les risques psychosociaux et les résultats sur la santé des travailleuses et travailleurs. Le questionnaire a été validé et est d’usage très répandu au Danemark, en Espagne, en Belgique et en Allemagne. Des données sur les populations de référence vous permettent de comparer les résultats ayant trait à votre lieu de travail à un échantillon représentatif de la population active danoise. Le questionnaire comprend des questions sur des facteurs du milieu de travail, l’expérience personnelle de symptômes, le rapport entre le travail et la vie à la maison ainsi que les conflits et les comportements offensants.

Le questionnaire doit servir à relever les facteurs de stress qui ont été associés à des symptômes de troubles de santé afin que les résultats puissent orienter les efforts faits pour prévenir le stress. Les sondages sont considérés comme des outils de dépistage permettant de relever les problèmes avant qu’ils aient de graves effets sur la santé psychologique et physique. »

Forts d’une formation appropriée à l’utilisation de l’instrument de sondage, les sections locales et leurs comités de santé et de sécurité pourront beaucoup plus facilement relever et analyser les facteurs de stress au travail ainsi qu’établir des stratégies permettant de traiter ces facteurs de manière à améliorer la santé des travailleuses et travailleurs.

Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les ressources suivantes :
Série de vidéos sur la Mental Injury Toolkit