Six ans après la tragédie du Rana Plaza, les droits des travailleurs sont toujours bafoués au Bangladesh

24 avril 2019

Le 24 avril 2019 marque le sixième anniversaire de l’effondrement de l’immeuble Rana Plaza qui a tué 1 134 travailleuses et travailleurs du vêtement au Bangladesh. Les syndicats du Canada restent inquiets quant aux conditions de travail dans les usines où les détaillants canadiens s’approvisionnent.

« Le Bangladesh est le deuxième exportateur de vêtements au monde. Environ quatre millions de personnes travaillent dans plus de quatre mille usines. Près de 80 % de ces travailleurs sont des femmes », a déclaré Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada (CTC). « Les salaires dans le secteur du vêtement sont très inférieurs à un salaire décent qui répond aux besoins fondamentaux des travailleuses et travailleurs, et ces derniers sont réprimés lorsqu’ils tentent d’exercer leurs droits fondamentaux. »

En janvier, le gouvernement et les propriétaires d’usine ont de nouveau tenté d’étouffer les manifestations portant sur les salaires des travailleurs au moyen de violence et d’intimidation. De nombreux manifestants ont été blessés. Des dizaines de travailleuses et travailleurs ont été arrêtés et des milliers ont été refusés et inscrits sur liste noire pour de futurs emplois d’usine.

La santé et la sécurité dans les usines se sont améliorées sous le système d’inspection de l’Accord sur la sécurité-incendie et la sécurité des bâtiments du Bangladesh, une entente entre plus de 200 marques et de syndicats internationaux, mis en place après la catastrophe du Rana Plaza. Cependant, le gouvernement du Bangladesh tente d’expulser l’accord du pays et de prendre en charge l’inspection des usines. Sur la scène internationale, les gouvernements, les détaillants et les syndicats craignent que les mesures et les pouvoirs de réglementation nécessaires pour cette transition n’aient pas été atteints et que des travailleurs et travailleuses perdent la vie en cas de transition précoce.  

« Les syndicats du Canada continuent à se montrer solidaires des travailleuses et travailleurs de l’industrie du vêtement au Bangladesh et sont engagés avec les principaux détaillants canadiens à promouvoir le droit des travailleuses et travailleurs dans leurs chaînes d’approvisionnement », a déclaré M. Yussuff.

En ce triste anniversaire, nous demandons au gouvernement du Canada de collaborer avec ses homologues au Bangladesh afin de promouvoir les droits fondamentaux et la santé et sécurité au travail, ainsi que modifier le climat de peur et de répression que subissent actuellement les travailleuses et travailleurs du vêtement. Le CTC demande au gouvernement du Canada de revoir son système d’accès préférentiel aux marchés canadiens afin d’assurer que cet accès soit conditionnel au respect des droits de la personne et des droits des travailleuses et travailleurs. Le gouvernement fédéral doit exiger que toutes les entreprises qui importent des vêtements et des textiles au Canada dévoilent publiquement l’emplacement de leurs usines, ce qui permet de veiller au respect des droits des travailleuses et travailleurs dans leurs chaînes d’approvisionnement. Les syndicats du Canada demandent également aux marques et détaillants canadiens d’assurer que les droits soient respectés dans toutes leurs chaînes d’approvisionnement et d’accroître la transparence de leurs pratiques.

Articles connexes

Les syndicats du Canada exhortent les gouvernements à défendre la liberté de la presse

Les syndicats du Canada célèbrent la Journée mondiale de la liberté de la presse en invitant les gouvernements du monde entier et du Canada à intervenir davantage pour protéger les droits des journalistes à exercer leur profession sans crainte de représailles, de violence ou même de mort. « Un trop grand nombre de journalistes continuent de risquer leur vie pour défendre…
Suite

Un seul, c’est un de trop : personne ne devrait mourir pour leur travail

Le 28 avril est le Jour de deuil national, la journée de commémoration des personnes qui sont mortes ou qui ont été blessées en raison de leur travail. Cette année, les syndicats du Canada demandent aux employeurs et aux gouvernements de faire davantage pour protéger les travailleurs et travailleuses. « Un seul décès attribuable au travail, c’en est déjà un de…
Suite

Les syndicats du Canada sont déçus que le nouveau poste d’ombudsman n’ait pas les pouvoirs promis

Les syndicats du Canada sont déçus que le poste tant attendu d’ombudsman canadien de l’entreprise responsable (OCER) ne dispose pas des pouvoirs promis d’enquêter sur les violations et de rectifier les préjudices causés par des entreprises ayant des activités à l’étranger. En janvier 2018, le gouvernement fédéral s’était engagé publiquement à créer un poste d’ombudsman indépendant ayant le pouvoir d’ordonner…
Suite