Histoire

Le mouvement syndical canadien améliore depuis longtemps la vie courante des travailleurs et travailleuses.  Nous avons gagné, aux prix de hautes luttes, bon nombre des droits dont jouissent actuellement tous les travailleurs et les travailleuses : les salaires minimums, la rémunération des heures supplémentaires, les normes de sécurité au travail, les congés parentaux et de maternité, les vacances payées et la protection contre la discrimination et le harcèlement.

Les syndicats travaillent dur chaque jour pour défendre les droits qu’ils ont obtenus de haute lutte et gagner de nouveaux droits pour tous les travailleurs et les travailleuses.  Nos syndicats sont des syndicats sociaux qui mettent l’accent non seulement sur les gains qu’ils peuvent tirer de la négociation collective mais aussi sur les victoires qu’ils peuvent remporter dans l’intérêt de l’ensemble de la société, par exemple en luttant pour mettre fin au travail des enfants ou pour assurer une indemnisation pour accident du travail, des pensions publiques et des programmes sociaux qui aident les gens à continuer à travailler, tels que les soins de santé et les services de garde d’enfants.

Cette semaine dans l'histoire syndicale

nov
18

Ce que la grève générale de 1919 à Winnipeg enseigne à chaque travailleuse et travailleur

Par Hassan Yussuff, tel que publié dans le Winnipeg Free Press et le Toronto Star.* L’année 1919 a été caractérisée par le mécontentement. Les travailleurs et les travailleuses du Canada avaient du mal à joindre les deux bouts et le coût de la vie avait augmenté de 65 % en six ans. Les hommes qui revenaient à peine d’une horrible guerre en Europe n’arrivaient pas à trouver du travail, des usines fermaient et les faillites d’entreprises étaient courantes. Des dizaines…
Suite

l'histoire syndicale

1956: Fondation du Congrès du travail du Canada

Dans les années 1950, le moment était venu de créer une seule organisation syndicale à l’échelle du pays pour aider les syndicats à travailler ensemble sur des objectifs communs. En raison de la croissance industrielle, de l’influence croissante des grandes entreprises et de la participation grandissante du gouvernement dans la vie économique et sociale du pays, il fallait une voix forte…
Suite

1872 : La lutte pour une semaine de travail plus courte

Imaginez ce que c’est que de travailler au moins dix heures ou plus par jour.  Tous les jours.  C’est à cela que ressemblait la vie quotidienne de bon nombre des travailleurs de l’imprimerie de Toronto en 1872 quand le syndicat des typographes de Toronto a revendiqué la journée de travail de neuf heures auprès des éditeurs de la ville. Puisque…
Suite

1919 : La grève générale de Winnipeg

Pendant l’année 1919, les soldats rentrant au Canada après la Première Guerre mondiale y trouvaient des taux de chômage et d’inflation élevés.  Ils n’arrivaient pas à reprendre leurs emplois et les tensions sociales étaient fortes. Les travailleurs de différents métiers voulaient des salaires équitables : comme aujourd’hui, ils ne voulaient que gagner suffisamment pour subvenir aux besoins de leur famille…
Suite

La naissance de l’assurance-chômage

Au cours de la crise économique de 1929 à 1939, les jeunes hommes en chômage devaient travailler pour une rémunération dérisoire dans des camps créés par le gouvernement fédéral à des endroits isolés. Revendiquant un salaire suffisant pour vivre, les travailleurs de Vancouver ont quitté les camps, déclenchant une grève.  Après deux mois de grève, puisque personne ne répondait à…
Suite

1945 : La grève chez Ford à Windsor

En 1945, Ford employait dans son complexe de Windsor 14 000 travailleurs de l’automobile, ce qui en faisait le lieu de travail le plus grand du Canada.  Les temps étaient durs.  La production du temps de guerre ralentissait, et de nombreuses entreprises, dont Ford, voulaient neutraliser certains des gains acquis par les syndicats pour les travailleurs depuis la Crise.  Les…
Suite

La décision Rand – tous ceux qui bénéficient des avantages des syndicats devraient payer des cotisations

Six semaines après le retour au travail des grévistes de Ford, l’arbitre Ivan Rand, juge de la Cour suprême, a rendu sa sentence qui rejetait l’adhésion syndicale obligatoire mais approuvait le précompte automatique des cotisations. Sa décision était fondée sur le principe selon lequel toutes les personnes qui travaillent dans un même lieu devraient cotiser au syndicat puisqu’elles bénéficient des…
Suite

1965 : Les fonctionnaires obtiennent le droit de négocier collectivement

Grâce aux syndicats, le personnel du secteur public du Canada a une rémunération, des avantages sociaux et des pensions acceptables. Cependant, il a fallu qu’il lutte pour les obtenir. En 1965, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes revendiquait le droit de négocier collectivement, le droit de grève, des taux de rémunération plus élevés et une meilleure gestion.  Il…
Suite

Le droit à la sécurité au travail

Au cours des années 1960, l’exploitation des travailleurs et travailleuses – et particulièrement des immigrants et immigrantes – était encore répandue.  Bon nombre d’entre eux gagnaient à peine de quoi faire vivre une famille, vivaient dans la crainte de la déportation et étaient obligés de travailler dans des conditions très dangereuses.  Nombreux sont ceux qui, ne parlant pas l’anglais ou…
Suite

Les prestations parentales et de maternité

Saviez-vous que les prestations de congé de maternité payé n’existent que depuis 1971 au Canada? Avant cela, la nouvelle mère devait quitter son emploi ou rentrer au travail rapidement si sa famille comptait sur son revenu. Et même si le gouvernement fédéral a instauré en 1971, dans le cadre du Régime d’assurance-chômage, un congé de maternité payé à 66 %…
Suite