Les syndicats du Canada sont déçus que le nouveau poste d’ombudsman n’ait pas les pouvoirs promis

8 avril 2019

Les syndicats du Canada sont déçus que le poste tant attendu d’ombudsman canadien de l’entreprise responsable (OCER) ne dispose pas des pouvoirs promis d’enquêter sur les violations et de rectifier les préjudices causés par des entreprises ayant des activités à l’étranger.

En janvier 2018, le gouvernement fédéral s’était engagé publiquement à créer un poste d’ombudsman indépendant ayant le pouvoir d’ordonner aux personnes qui font l’objet d’une enquête de produire des documents et de témoigner sous serment.

« L’annonce aujourd’hui d’une nomination au poste d’ombudsman est un pas dans la bonne direction; toutefois ce poste doit détenir des pouvoirs d’enquête afin de permettre d’assurer que les sociétés canadiennes soient tenues de respecter leurs obligations en matière de droits de la personne à l’étranger », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

Le poste d’ombudsman est nécessaire pour enquêter sur les plaintes de violations des droits de la personne et réparer les torts causés lorsqu’il y a des preuves vérifiables qui sont liées à des violations commises par des entreprises canadiennes à l’étranger. Le Canada a besoin d’un ombudsman pour aider à prévenir la complicité canadienne lors de violations commises par des entreprises et assurer le respect des droits de la personne dans les chaînes d’approvisionnement canadiennes des industries des mines et du textile.

On ne doit pas retarder l’examen juridique qui a été commandé afin de déterminer les options à donner au conseiller avec les pouvoirs d’enquête », a déclaré M. Yussuff. « Sans capacité d’enquête, il s’agit d’un poste consultatif sans pouvoir. Nous nous attendons à ce que la personne nommée dispose des pouvoirs requis d’ici la fin de ce mandat électoral », a-t-il ajouté.

Articles connexes

Les syndicats du Canada marquent le 30e anniversaire de la tuerie de polytechnique

Il y a trente ans, 14 personnes ont perdu la vie dans un acte de violence misogyne à l’École polytechnique de Montréal. Depuis, chaque année à l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, des communautés partout au pays rendent hommage à ces personnes, et à d’innombrables autres, qui sont mortes en raison…
Suite

Les syndicats du Canada demandent au gouvernement nouvellement élu de ratifier la convention mondiale sur la violence et le harcèlement

Le 25 novembre marque le premier des 16 jours mondiaux d’action pour éliminer la violence fondée sur le genre. Les syndicats du Canada soulignent ces journées en demandant au gouvernement nouvellement élu de ratifier la convention no 190 de l’OIT, le tout premier traité mondial sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail. La convention no 190 a été…
Suite

Investir dans les soins pour l’égalité de genre

Aujourd’hui, à l’occasion de la douzième journée mondiale annuelle pour le travail décent, les syndicats du Canada appellent à la création d’un groupe de travail fédéral sur le travail et les emplois de prestation de soins au Canada. La Journée mondiale pour le travail décent est une journée d’action pour les syndicats du monde entier. Le thème de 2019, Investir…
Suite