La Journée en rose et faire son « coming-out » comme allié

12 avril 2016

La Journée en rose est la Journée internationale de lutte contre l’intimidation, la discrimination, l’homophobie et la transphobie dans les écoles et les collectivités. En portant du rose le 13 avril, nous exprimons notre solidarité avec les victimes d’intimidation et démontrons que le mouvement syndical ne tolérera pas l’intimidation dans nos lieux de travail et nos collectivités. 

Nous exhortons chaque personne à faire son « coming-out » comme allié et à dénoncer l’homophobie et la transphobie, quels que soient le moment et l’endroit où elles se produisent.

La Journée internationale en rose a été lancée en Nouvelle-Écosse par des élèves du secondaire qui sont intervenus lorsqu’un camarade d’école a été victime d’intimidation parce qu’il portait du rose. Les deux garçons ont acheté des chandails roses et ont demandé à tout le monde de porter du rose à l’école en guise de solidarité. Il s’ensuivit qu’une école entière a pris position contre l’intimidation homophobe et transphobe. 

Depuis, le mouvement de la Journée du chandail rose s’est répandu, avec des événements et des activités de sensibilisation menés dans des écoles, des milieux de travail et des communautés partout au pays.

Le Congrès du travail du Canada (CTC) favorise les alliances avec les membres LGBT. Le CTC a toujours appuyé les campagnes et les politiques de lutte contre l’intimidation et mené des campagnes pour sensibiliser le public et promouvoir des mesures visant à lutter contre l’homophobie et la transphobie dans les lieux de travail et dans la société.

Porter un chandail rose le 13 avril est une occasion pour les alliés de manifester activement leur solidarité.
 
Être allié permet d’éliminer les barrières sociales, l’isolement et l’hostilité dans le milieu de travail. En tant que personne hétérosexuelle, vous pouvez agir comme alliée de nombreuses différentes façons en milieu de travail : 

  • En utilisant autant que possible un langage spécifique non lié au sexe;
  • En dénonçant les affirmations et les blagues qui insultent les membres LGBT;
  • En s’informant et se renseignant sur les histoires, les cultures et les préoccupations des LGBT;
  • En appuyant les organisations et les causes LGBT, ainsi qu’en y participant.

Les syndicats peuvent aider les membres à examiner ce que cela signifie réellement de devenir un allié, à obtenir des recommandations spécifiques d’action et à promouvoir un milieu de travail plus sécuritaire sans intimidation homophobe et transphobe. 

Découvrez ce que les syndicats peuvent faire pour négocier l’équité des LGBT en milieu de travail. Consultez et téléchargez L’équité en matière de négociation pour les travailleuses et travailleurs LGBT, maintenant disponible pour tablettes, Kindle et liseuses numériques.

Articles connexes

Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle. Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus…
Suite

Les syndicats du Canada appuient le personnel infirmier, les sages-femmes et tous les travailleurs et travailleuses de la santé

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2020, l’Organisation mondiale de la santé célèbre l’Année internationale du personnel infirmier et des sages-femmes. Actuellement, les infirmiers, les infirmières et les sages-femmes travaillent aux côtés de tous les autres membres du personnel de la santé en première ligne de la lutte contre la pandémie la plus grande des temps modernes.…
Suite

Nous ne sommes pas tous en sécurité à la maison : la violence conjugale en temps de pandémie

Les syndicats du Canada appellent à l’augmentation de la vigilance et de la sensibilisation à l’égard du risque croissant de violence conjugale pendant la pandémie de coronavirus. La recommandation de rester à la maison ainsi que les tensions financières et le stress accrus peuvent faire augmenter le risque de violence et l’isolement, ce qui accroît les possibilités qu’ont les agresseurs…
Suite