Les syndicats du Canada solidaires des communautés musulmanes

30 janvier 2017

Les dirigeants syndicaux canadiens sont indignés, consternés et attristés par la fusillade dans une mosquée de Québec dimanche soir qui a fait six morts et huit blessés, dont certains grièvement.

« Nous tenons à présenter nos condoléances les plus sincères aux victimes, à leurs familles et à leurs communautés », a déclaré Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada. 

M. Yussuff souligne que le Congrès du travail du Canada et ses affiliés demandent instamment aux membres de syndicats partout au pays de montrer qu’ils appuient les communautés musulmanes du Canada en participant à des vigiles, en s’exprimant dans les médias sociaux et en étant à l’écoute de leurs collègues, voisins et amis effrayés.

Articles connexes

Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle. Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus…
Suite

Les syndicats du Canada appuient le personnel infirmier, les sages-femmes et tous les travailleurs et travailleuses de la santé

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2020, l’Organisation mondiale de la santé célèbre l’Année internationale du personnel infirmier et des sages-femmes. Actuellement, les infirmiers, les infirmières et les sages-femmes travaillent aux côtés de tous les autres membres du personnel de la santé en première ligne de la lutte contre la pandémie la plus grande des temps modernes.…
Suite

Nous ne sommes pas tous en sécurité à la maison : la violence conjugale en temps de pandémie

Les syndicats du Canada appellent à l’augmentation de la vigilance et de la sensibilisation à l’égard du risque croissant de violence conjugale pendant la pandémie de coronavirus. La recommandation de rester à la maison ainsi que les tensions financières et le stress accrus peuvent faire augmenter le risque de violence et l’isolement, ce qui accroît les possibilités qu’ont les agresseurs…
Suite