L’Ontario aura un salaire minimum de 15 $ et plus d’équité en emploi

30 mai 2017

Le Congrès du travail du Canada se joint aux personnes qui militent en faveur des travailleurs et travailleuses pour applaudir à l’annonce faite aujourd’hui selon laquelle le gouvernement de l’Ontario portera le salaire minimum provincial à 15 $ l’heure d’ici 2019 et réformera les normes d’emploi et les relations de travail de la province de manière à rendre l’emploi plus équitable pour tous.

« Le fait de porter le salaire minimum à 15 $ aidera des millions de travailleurs et travailleuses de l’Ontario – soit trente pourcent de la main-d’œuvre de la province – qui gagnent actuellement moins que cela et qui ont du mal à subvenir à des besoins fondamentaux en logement, en transport et en alimentation, par exemple », a déclaré Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada.

Les syndicats ont également applaudi à l’annonce de modifications de la Loi sur les normes d’emploi qui aideront les travailleurs et les travailleuses à concilier le travail et les obligations familiales et à joindre les deux bouts, y compris les suivantes :

  • Garantie d’un salaire égal à travail égal pour les personnes travaillant à temps partiel;
  • Règles plus équitables sur la programmation du travail, y compris un nouveau règlement exigeant que les employeurs versent trois heures de rémunération à l’employé dont le quart de travail est annulé à moins de 48 heures de préavis;
  • Accès à 10 journées de congé d’urgence personnelle par année (dont deux rémunérées);
  • Trois semaines de vacances payées (plutôt que deux) après cinq années au service d’un même employeur.

« L’économie de l’Ontario est forte, et ces changements n’auront pour effet que de la rendre encore plus forte en aidant les travailleurs et travailleuses et leurs familles à joindre les deux bouts, en réduisant le roulement du personnel et en accroissant la productivité », a dit M. Yussuff.

Toutefois, M. Yussuff a indiqué qu’il reste des améliorations à apporter. Par exemple, les syndicats avaient réclamé que les quarts de travail soient prévus deux semaines d’avance, que l’accès aux vacances payées commence plus tôt et que les travailleuses faisant l’objet de violence conjugale aient droit à plus de congés payés.

Les syndicats avaient en outre espéré que les changements aillent plus loin en réformant la Loi sur les relations de travail. L’annonce d’aujourd’hui englobe un engagement à appliquer l’accréditation sur vérification des cartes aux trois secteurs particulièrement vulnérables que sont les agences de placement temporaire, le secteur des services d’immeubles et celui des soins à domicile et des services communautaires, mais elle laisse d’autres travailleurs et travailleuses exposés à l’intimidation par les employeurs au cours d’une campagne d’accréditation syndicale.

« Il reste du chemin à faire, mais nous sommes heureux des changements annoncés aujourd’hui et nous espérons qu’ils marquent le début d’un processus qui apportera d’autres améliorations dans l’intérêt des travailleurs et travailleuses de l’Ontario et de leur familles », a indiqué M. Yussuff en terminant.

Articles connexes

Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle. Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus…
Suite

Les syndicats du Canada appuient le personnel infirmier, les sages-femmes et tous les travailleurs et travailleuses de la santé

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2020, l’Organisation mondiale de la santé célèbre l’Année internationale du personnel infirmier et des sages-femmes. Actuellement, les infirmiers, les infirmières et les sages-femmes travaillent aux côtés de tous les autres membres du personnel de la santé en première ligne de la lutte contre la pandémie la plus grande des temps modernes.…
Suite

Nous ne sommes pas tous en sécurité à la maison : la violence conjugale en temps de pandémie

Les syndicats du Canada appellent à l’augmentation de la vigilance et de la sensibilisation à l’égard du risque croissant de violence conjugale pendant la pandémie de coronavirus. La recommandation de rester à la maison ainsi que les tensions financières et le stress accrus peuvent faire augmenter le risque de violence et l’isolement, ce qui accroît les possibilités qu’ont les agresseurs…
Suite