Bonne fête à « la plus grande personnalité canadienne »

4 janvier 2019

Tommy Douglas, chef du premier gouvernement socio-démocrate et père de l’assurance-maladie, nait le 20 octobre 1904 à Camelon, en Écosse. Pasteur baptiste de vocation, Douglas devient l’un des premiers députés fédéraux de la FCC, Premier ministre de la Saskatchewan et premier chef du Nouveau Parti démocratique du Canada.

Surnommé le père de l’assurance-maladie universelle au Canada, Thomas Clement Douglas dit Tommy, nait en Écosse puis immigre au Canada. Enfant chétif, il manque de perdre une jambe mais est opéré avec succès et gratuitement par un médecin.

Des années plus tard, Douglas s’implique dans la Fédération du commonwealth coopératif (FCC), un parti politique formé en réaction à la situation économique et sociale du début du 20e siècle qui aboutit à la grande dépression. Il est élu député CCF à la Chambre des communes en 1935, où il reste plusieurs années avant de mener le parti à une victoire écrasante en Saskatchewan en 1944. À titre de Premier ministre de la Saskatchewan, Douglas prend la tête du premier gouvernement socio- démocrate d’Amérique du Nord.

Pendant les vingt années suivantes, M. Douglas chapeaute la création de programmes sociaux qui existent encore aujourd’hui. Il crée la société publique Saskatchewan Power Corporation, le premier programme public d’assurance automobile et plusieurs sociétés d’État chargées d’assurer les services essentiels. Il fait adopter des lois permettant aux travailleuses et aux travailleurs de se syndiquer ainsi qu’un Code des droits de la personne de la Saskatchewan dix-huit mois avant l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Organisation des Nations Unies.

Mais il est surtout connu pour avoir établi le premier programme public d’assurance-maladie en Saskatchewan en 1961. Ce faisant, il devient le père de l’assurance-maladie universelle au Canada.

En 1962, Douglas quitte la scène politique de la Saskatchewan pour devenir le premier chef du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD), issu de la fusion de la FCC et du mouvement syndical dirigé par le Congrès du travail du Canada (CTC). Chef du parti jusqu’en 1971, il quitte son poste d’élu en 1979.

En 1981, Douglas est nommé à l’Ordre du Canada et en 1985 il reçoit l’Ordre du Mérite de la Saskatchewan. Il meurt à Ottawa le 24 février 1986. En 2004, le public plébiscite Tommy Douglas au concours national de « la plus grande personnalité canadienne » de la chaîne de télévision CBC.

Bonne fête Tommy! Et merci d’avoir veillé à ce que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens aient droit à des soins de santé abordables!

C’est une importante contribution faite au Canada dont nous sommes nombreuses et nombreux à être fiers. Mais il reste encore à faire. Le travail de leaders tels que Tommy Douglas, d’organisations telles que la Coalition canadienne de la santé, de partis tels que le NPD, de travailleuses et de travailleurs canadiens au travers de leurs syndicats et du mouvement syndical se poursuit aujourd’hui avec la revendication d’un régime universel d’assurance-médicaments pour tous les Canadiens et toutes les Canadiennes, quels que soient leurs revenus, leur âge ou leur lieu de résidence.

Articles connexes

Les syndicats du Canada applaudissent aux premières étapes de la mise en œuvre de l’assurance-médicaments

Les syndicats du Canada applaudissent au rapport préliminaire déposé aujourd’hui par le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. Les principales recommandations que comprend ce rapport entreprennent la rectification des inefficacités du système actuel dans lequel des millions de membres de la population canadienne n’ont pas les moyens de se procurer les médicaments qui leur sont…
Suite

« Une militante syndicale qui n’avait pas froid aux yeux »

Au cours des jours sombres vécus avant et pendant la Crise des années 1930 fait son apparition sur la scène canadienne une jeune femme dont l’esprit combattif et l’amour de l’humanité l’amènent sur la ligne de front des luttes livrées par des femmes et des hommes qui s’efforcent d’échapper à la noirceur de la pauvreté, de l’ignorance et du désespoir.…
Suite

Le poème qui a inspiré un mouvement

Le 1er décembre 1911, l’American Magazine publiait un poème inédit intitulé « Bread and Roses ». Au cours des quelques années suivantes, il allait devenir l’hymne du mouvement syndical lié à la lutte pour la justice sociale et l’égalité. C’est le slogan « Du pain pour tous, et des roses aussi » qui inspire James Oppenheim à écrire ce poème devenu l’un des hymnes…
Suite