L’assurance-médicaments universelle devrait être un remède facile à avaler

24 juin 2019

Par Hassan Yussuff, tel que publié dans le Toronto Sun.*

Enfin de bonnes nouvelles pour les millions de Canadiennes et Canadiens qui doivent choisir entre acheter de la nourriture et se procurer les médicaments sur ordonnance dont ils ont besoin.

Le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments a tracé clairement la voie vers un régime public universel d’assurance-médicaments à payeur unique dans son rapport final.

« Il est temps de mettre en place un régime public d’assurance‑médicaments universel à payeur unique », écrit M. Eric Hoskins, président du Conseil. « Voilà le projet d’envergure nationale de notre génération : avoir un meilleur accès aux médicaments nécessaires, de meilleurs résultats en matière de santé et un système de médicaments sur ordonnance plus équitable et durable. »

C’est le chaînon manquant de l’assurance-maladie tel que l’envisageait le regretté Tommy Douglas. En tant que septième Premier ministre de la Saskatchewan, M. Douglas a créé le premier régime de santé universel à payeur unique d’Amérique du Nord. Ce régime devait devenir la pierre angulaire du filet de sécurité social du Canada et un des piliers de notre pays.

Nous savons qu’une société juste doit donner à chacun de ses membres la possibilité de réussir et de prospérer. Comme la bonification des pensions et l’amélioration des conditions de travail pour tous qui ont été revendiquées par les syndicats, nous croyons que l’instauration d’une assurance-médicaments publique universelle est nécessaire à l’accroissement de la justice sociale.

Comme de nombreuses études l’ont indiqué, des millions de membres de la population canadienne n’ont guère les moyens de se procurer les médicaments sur ordonnance dont ils ont besoin. Une étude a révélé qu’à cette fin près d’un million de Canadiennes et Canadiens s’abstenaient de subvenir à des besoins de base tels que la nourriture et près d’un quart de million de personnes s’abstenaient de chauffer leurs foyers. Ce manque de moyens nuit non seulement à la santé et au bien-être des gens, mais aussi à la force économique de nos communautés.

Le nouveau rapport illustre le fait que les familles économiseront en moyenne 350 $ par année au titre des médicaments. De plus, il indique que le propriétaire d’entreprise moyen économisera environ 750 $ par employé. Cela permettra aux entreprises de hausser les salaires ou les prestations à d’autres égards, y compris les soins dentaires et de la vue. En outre, cela aidera les petites entreprises dont la compétitivité est réduite par le fait qu’elles n’ont pas les moyens d’offrir une assurance-médicaments.

Il y aura des frais initiaux à payer, mais nos régimes de santé provinciaux réaliseront avec le temps des économies très appréciables. Selon une étude récente, plus de 300 000 personnes ont dû prendre des rendez-vous supplémentaires chez le médecin, 93 000 ont dû se présenter aux urgences et 26 000 ont été admises à l’hôpital parce qu’elles n’avaient pas les moyens de se procurer les médicaments dont elles avaient besoin. Cela impose au système de santé un fardeau considérable que nous pouvons alléger en instaurant un régime national d’assurance-médicaments.

Les sociétés pharmaceutiques et les compagnies d’assurance empochent énormément d’argent. Le Canada compte parmi les pays où les prix des médicaments sont les plus élevés, pouvant représenter 9,9 milliards de dollars supplémentaires par année selon la Coalition canadienne de la santé. Les prix baisseraient grâce à leur négociation à l’échelle nationale et aux forces de la concurrence, permettant d’économiser au moins cinq milliards de dollars.

Il est indéniable qu’une foule de riches actionnaires sont très satisfaits du statu quo et feront toujours passer l’augmentation des profits avant les besoins des personnes en soins de santé.

En fait, un rapport de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers publié plus tôt cette année révèle que le lobbying d’au moins un groupe industriel majeur a augmenté de 600 % de 2017 à 2018.

« L’industrie pharmaceutique trouve que la possibilité de mise en œuvre d’une assurance-médicaments universelle mérite le déploiement de ressources de lobbying sans précédent », conclut ce rapport.

Cependant, nos gouvernements servent le bien public plutôt que les intérêts privés. C’est pour cela que le conseil consultatif indépendant a tracé le plan le plus clair jamais dressé pour cet important investissement dans la population du Canada.

Nos dirigeants élus appuieront-ils cette vision nationale? Ou se mettront-ils au pas de l’industrie en appuyant des demi-mesures qui continueront d’enrichir l’industrie pendant que la santé des gens est mise en péril?

Il revient à l’électorat de poser ces questions d’ici les élections fédérales de cet automne.

Hassan Yussuff est le président du Congrès du travail du Canada. Suivez-le sur Twitter @Hassan_Yussuff.

* Certains des liens ne sont disponibles qu’en anglais. 

Articles connexes

Pour les syndicats du Canada, le conseil sur l’assurance-médicaments fait ce qui s’impose; maintenant les gouvernements doivent agir

Les syndicats du Canada applaudissent la recommandation du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments d’adopter un régime public universel à payeur unique pour la couverture des médicaments sur ordonnance au Canada. « L’assurance-médicaments universelle va radicalement améliorer la vie de tous les Canadiens et Canadiennes et, avec ce rapport, nous avons enfin une feuille de route…
Suite

Selon les syndicats du Canada, il est temps de célébrer la Fierté et de résister aux atteintes aux droits de la personne

Pendant que les événements de la Fierté se déroulent dans des communautés de tout le pays, les syndicats du Canada célèbrent les réalisations permises par le militantisme LGBTABI d’un océan à l’autre et s’engagent à contrer la montée de la politique fondée sur le racisme et la haine qui menace les droits de la personne dans le monde entier. « La…
Suite

Le Congrès du travail du Canada (CTC) publie une analyse détaillée du budget de 2019

Le budget fédéral de 2019 a été publié le mardi 19 mars et, bien qu’il s’agisse du dernier budget avant les élections fédérales cet automne, il ne propose qu’un modeste plan financier plutôt qu’une vision audacieuse de l’avenir. Le CTC, qui représente plus de 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens, a publié une réponse immédiate au budget, mais publie…
Suite