Justice sociale et démocratie

Le gouvernement doit empêcher le milieu financier de prendre la pandémie pour une manne

3 novembre 2021

OTTAWA – Une annonce attendue de l’organisme canadien de réglementation des banques fait saliver le milieu financier devant la perspective de profits gargantuesques. Les analystes prévoient que le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) annoncera cette semaine qu’il assouplira l’interdiction des dividendes et des rachats d’actions.

« Les banques veulent se récompenser ainsi que leurs investisseurs grâce aux gains découlant de l’aide que l’État leur a apportée pendant la pandémie. Il est injuste que le gouvernement autorise le paiement de dividendes excessifs aux investisseurs alors qu’il met fin à l’aide qu’il apporte aux travailleurs et travailleuses », dit Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada. « Plutôt que de permettre que la pandémie creuse encore davantage les inégalités et le fossé entre les riches et les pauvres, le gouvernement fédéral devrait ordonner au BSIF de maintenir les restrictions applicables aux dividendes versés aux actionnaires et imposer sur-le-champ une taxe sur les profits fortuits des banques et des compagnies d’assurance afin d’empêcher que les capitaux excédentaires soient distribués comme une manne aux actionnaires et aux cadres de direction des entreprises. »

Quand la COVID-19 a frappé, le gouvernement fédéral a en premier lieu apporté des capitaux et du crédit au secteur financier et réduit les exigences de déclaration afin d’alléger le « fardeau opérationnel » des institutions financières. Au début de la pandémie, le gouvernement fédéral et la Banque du Canada leur ont versé trois quarts de billion de dollars de liquidités et d’aide financière. L’organisme de réglementation des institutions financières a demandé en retour aux banques et aux assureurs de suspendre les rachats d’actions et de ne pas augmenter les paiements de dividendes.

« Or, voici que les banques veulent se récompenser ainsi que leurs investisseurs en s’accordant d’énormes dividendes et rachats d’actions. Le gouvernement doit s’assurer que les grandes entreprises qui ont réalisé des profits record pendant la pandémie paient maintenant leur juste part » précise madame Bruske. « Le gouvernement devrait franchement aller plus loin encore en frappant d’un impôt sur le capital les fortunes des familles les plus riches du Canada afin de voir à ce que tout le monde apporte sa juste contribution à l’instauration d’une société plus équitable. »

-30-

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :
Relations avec les médias du CTC
media@clcctc.ca
613-526-7426

  • Allons de l'avant
  • Une économie automatiquement défavorable aux travailleurs peut causer un « hiver du mécontentement »

    26 janvier 2023
    Click to open the link
  • Justice sociale et démocratie
  • Les parlementaires doivent collaborer pour trouver des solutions pour les travailleurs et travailleuses en difficulté du Canada

    24 janvier 2023
    Click to open the link
  • Allons de l'avant
  • Les syndicats du Canada félicitent Magali Picard pour son élection historique à la présidence de la FTQ

    19 janvier 2023
    Click to open the link
  • Allons de l'avant
  • À l’approche des fêtes, les Canadiens éprouvent des difficultés après avoir été frappés par des hausses agressives des taux d’intérêt

    21 décembre 2022
    Click to open the link
  • Allons de l'avant
  • Le mandat oublié de la Banque : favoriser un niveau d’emploi durable maximal

    13 décembre 2022
    Click to open the link
  • Élimination de la discrimination
  • Syndicats du Canada : nous ne pouvons pas laisser la haine et le racisme continuer à se répandre impunément

    10 décembre 2022
    Click to open the link
  • Allons de l'avant
  • Les premiers ministres doivent conclure l’accord sure la santé

    9 décembre 2022
    Click to open the link
  • Allons de l'avant
  • Occasion manquée de cesser de hausser les taux et de faire passer les gens avant tout

    7 décembre 2022
    Click to open the link