Les syndicats du Canada célèbrent le rejet des soins de santé privés par un tribunal de la C.-B.

10 septembre 2020

OTTAWA – Les syndicats du Canada applaudissent la décision rendue par la Cour suprême de la C.-B. de défendre l’intégrité du système de santé à payeur unique du Canada.

L’affaire Cambie Surgeries Corporation a mis le système d’assurance-maladie public du Canada au banc des accusés et menacé le principe de l’accès universel et égal aux soins de santé. La décision de la Cour de rejeter les arguments présentés par Brian Day porte un grand coup à ceux qui militent en faveur des soins à but lucratif dans ce pays.

« Si l’on regarde ce qui se passe aux États-Unis, la pandémie a mis en évidence l’importance du système de santé public du Canada et la mesure dans laquelle les soins de santé à but lucratif peuvent être dévastateurs », dit Hassan Yussuff, président du CTC. « Le moment est opportun d’investir dans un système de santé qui nous est utile à tous. Les soins de santé à deux vitesses sont tout simplement contraires aux valeurs du Canada. »

Les syndicats du Canada félicitent la coalition de la santé de la C.-B. et les Médecins canadiens pour le régime public, qui ont compté parmi les intervenants dans la cause.

« Nous savons que la lutte pour protéger le système de santé public n’est pas finie, mais la décision Cambie constitue une victoire importante qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui soutiennent que la Loi canadienne sur la santé ne permet pas de réaliser des profits aux dépens des patientes et patients », précise M. Yussuff. « Si nous voulons améliorer le système de santé, nous devons l’améliorer pour tous et non seulement pour les personnes qui ont la capacité de payer leurs soins. »

La Cour a fait remarquer le « manque de capacité du système de santé public » qui a obligé certaines personnes à attendre des chirurgies plus que les délais recommandés.

Cela tient partiellement aux décennies de mesures d’austérité imposées par les gouvernements successifs. Si l’on ne comble pas l’insuffisance chronique du financement, de nouvelles contestations seront intentées contre la Loi canadienne sur la santé.

« Cette affaire devrait servir à indiquer aux gouvernements qu’ils devront rectifier les décennies d’insuffisance de financement en procédant à des investissements considérables dans notre système de santé pour voir à ce qu’il demeure équitable et accessible à tous », ajoute M. Yussuff.

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :
Relations avec les médias du CTC
media@clcctc.ca
613-526-7426