Les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral d’éliminer le racisme systémique en matière d’emploi

21 mars 2021

Les syndicats du Canada marquent la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale en demandant au gouvernement fédéral de s’assurer que ses efforts pour moderniser la Loi sur l’équité en matière d’emploi portent sur les profondes inégalités dont font l’objet les travailleuses et travailleurs racialisés en raison du racisme et de la discrimination systémiques.

« Le renforcement de la Loi sur l’équité en matière d’emploi représente un pas important vers l’élimination des disparités en matière d’emploi et des obstacles systémiques auxquels font face les travailleuses et travailleurs racialisés », déclare Larry Rousseau, vice-président exécutif du CTC. « Mais pour être efficace, ce processus doit prévoir des consultations et un engagement significatifs auprès des membres des groupes à la recherche de l’équité visés par la Loi. Il doit également permettre la participation des agents négociateurs qui les représentent au travail. »

Historiquement, les travailleuses et travailleurs racialisés ont eu moins de possibilités d’emploi que les personnes non racialisées, et ils étaient souvent limités aux secteurs des services, peu importe leurs qualifications en matière d’éducation ou leurs réalisations. Aujourd’hui, les travailleuses et travailleurs racialisés font toujours face à des obstacles dans tous les aspects du travail, de l’embauche à l’avancement, en passant par la rétention et le soutien au travail.

Dans la modernisation de la Loi sur l’équité en matière d’emploi, le gouvernement fédéral doit :

• Répondre aux différentes expériences en matière de discrimination et de racisme des populations à la recherche de l’équité, plutôt que de les regrouper comme des « minorités visibles », comme c’est le cas actuellement;
• Étendre la portée aux populations LGBTABI. Malgré les barrières systémiques et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité ou l’expression de genre, ces personnes ne figurent pas actuellement en tant que groupe désigné en vertu de la Loi;
• Reconnaître la réalité des multiples identités que les travailleuses et travailleurs peuvent avoir. Ces identités peuvent se recouper et avoir une incidence sur leur accès à l’emploi ainsi que sur les obstacles auxquels ils peuvent se heurter au travail. Des analyses nuancées et précises des inégalités d’emploi vécues par les membres des groupes désignés permettraient d’élaborer des solutions plus efficaces et ciblées au racisme et à la discrimination systémiques en matière d’emploi.

Les syndicats du Canada continuent d’appeler le gouvernement à investir dans la création d’une économie plus forte, plus inclusive et plus durable pour nos familles et la prochaine génération.

L’engagement à faire progresser l’équité en matière d’emploi fait partie du processus, mais ce n’est qu’un élément. Visitez le site plancanadien.ca pour en apprendre davantage.

Articles connexes

Les syndicats du Canada disent de #DemanderMieux en cette Journée de l’équité salariale 2021

Les syndicats du Canada soulignent la Journée de l’équité salariale en demandant une action immédiate sur l’équité salariale. La Journée de l’équité salariale marque le jour où le salaire moyen dans les catégories d’emplois dominées par les femmes rattrape finalement le salaire dans les catégories d’emplois dominées par les hommes, par rapport à l’année civile précédente. Cette année, cette journée…
En savoir plus

Les syndicats du Canada exhortent le gouvernement fédéral à aider à éliminer le harcèlement transphobe au travail

Les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral de souligner la Journée internationale de la visibilité trans en ratifiant la Convention no 190 de l’OIT pour aider à mettre fin à la discrimination, à la violence et au harcèlement au travail. Célébrée le 31 mars dans le monde entier, la Journée internationale de la visibilité trans est une occasion de souligner les…
En savoir plus

Mouvement syndical : défendez les droits des travailleurs et des travailleuses plutôt que les plateformes

Le Congrès du travail du Canada et les fédérations provinciales et territoriales du travail trouvent que la proposition d’Uber, intitulée Flexible Work+, est dangereuse et menaçante. Elle va à l’encontre des droits et de la dignité des travailleurs et travailleuses. L’entreprise a indiqué vouloir faire pression sur les gouvernements afin qu’ils créent un nouveau statut d’emploi pour le travail exercé…
En savoir plus