Les syndicats du Canada ont un plan nous permettant d’aller de l’avant

25 septembre 2020

Par Hassan Yussuff, tel que publié dans The Hill Times*

En ces temps où nous cessons de réagir à la COVID-19 pour commencer à nous habituer à vivre avec le virus, les syndicats du Canada présentent un plan pour une relance robuste qui ne laisse personne pour compte et qui rectifie les iniquités mises en évidence par la pandémie.

Les travailleurs et travailleuses et leurs familles ont été frappés durement par la crise. Presque du jour au lendemain, des millions d’emplois sont disparus ou les personnes qui les occupaient ont été mises au chômage technique. Malgré le lent déconfinement, des millions de personnes cherchent encore du travail. Puisque de petites entreprises ont fermé et que de nombreuses grandes entreprises ont fait faillite, certains emplois ne seront pas rétablis.

Les syndicats du Canada ont collaboré étroitement avec le gouvernement fédéral depuis le début, réclamant des soutiens immédiats. La Prestation canadienne d’urgence (PCU) a maintenu les gens à flot dans le contexte d’incertitude et d’inquiétude des premières semaines et des premiers mois.

La Subvention salariale d’urgence du Canada a aidé à maintenir les liens entre les employeurs et leur personnel, mais les entreprises ont été lentes à présenter des demandes. Certains employeurs ont commencé à se plaindre que les travailleurs et travailleuses refusaient du travail pour continuer à toucher la PCU.

Le fait que certaines personnes préfèrent rester à la maison et essayer de vivre de 2 000 $ par mois tient non pas à un défaut de l’aide apportée par le gouvernement mais plutôt à la précarité d’emploi et aux bas salaires qu’ont un trop grand nombre de personnes travaillant dans ce pays.

En fait, avant même le début de la pandémie de COVID-19, près de 50 % des membres de la population canadienne disaient être au bord de l’insolvabilité. Les personnes en question comprennent bon nombre des travailleurs et travailleuses jugés essentiels et appelés à effectuer des heures supplémentaires en courant de graves risques, touchant quelques dollars de plus par heure pour se mettre en péril ainsi que leur famille afin de tenir nos communautés (dollars que bien des employeurs ont commencé à récupérer depuis même si le virus demeure toujours présent et que des profits très considérables sont réalisés dans certains secteurs).

Puisque la majorité des travailleurs et travailleuses en question n’ont pas accès à des congés ou prestations de maladie, ils se retrouvent encore plus vulnérables au cours d’une crise sanitaire telle que celle que nous vivons.

L’actuel gouvernement a une tâche de taille à accomplir. Dans son prochain discours du Trône, il tracera une voie dont sont censés bénéficier tous les Canadiens et les Canadiennes. Les syndicats du Canada entendent voir à ce qu’il tienne sa promesse.

Si nous n’investissons pas dans des programmes et services permettant de combler les lacunes de notre société, nous n’aurons pas tiré les leçons appropriées de la pandémie.

Les syndicats du Canada présentent un plan bien canadien ancré dans notre façon de faire. Nous savons ce que les coupures et les mesures d’austérité à l’américaine peuvent faire à un pays; il n’est pas nécessaire de regarder bien loin pour voir à quel point les choses peuvent horriblement mal tourner si chacun ne pense qu’à soi.

C’est pour cela que nous incitons les gouvernements de tous les ordres à investir. Il est temps de remplacer les emplois perdus par de meilleurs emplois en redémarrant l’économie grâce à des projets prêts à réaliser et en investissant dans l’infrastructure verte. Il est temps d’appuyer les travailleurs et les travailleuses fournissant des soins, y compris ceux qui enseignent à nos jeunes et qui prennent soin des autres. Et il est temps que tous les travailleurs et les travailleuses aient accès à des congés de maladie payés et à un salaire suffisant pour vivre. Les travailleurs et les travailleuses méritent aussi des mesures de réforme permanente de l’assurance-emploi, des prestations d’invalidité, de l’éducation et de la formation ainsi que la sécurité des retraites.

De plus, nous appelons au renforcement du système de santé public, notamment par l’accroissement du financement dans des domaines tels que la santé mentale, les soins à domicile et les soins de longue durée, et l’instauration d’un régime tant attendu d’assurance-médicaments nationale à payeur unique.

Nous avons pour responsabilité de nous assurer que nos services sociaux soient en mesure d’amortir les chutes. Les objectifs économiques, sanitaires et sociaux du Canada sont indissociables. Il est temps de mettre notre pays à l’abri des désastres.

Nous avons l’occasion de réaliser un important progrès social. Profitons-en.

Hassan Yussuff est le président du Congrès du travail du Canada. Suivez-le sur Twitter @Hassan_Yussuff

Étiquettes: Allons de l'avant

Articles connexes

Déclaration du CTC sur l’effondrement mortel d’une grue à Kelowna, en C.-B.

Nous avons appris aujourd’hui que cinq personnes avaient perdu la vie et que d’autres avaient été blessées par suite du tragique effondrement d’une grue de chantier à Kelowna, en C.-B. Le Congrès du travail du Canada (CTC) tient à exprimer ses sincères condoléances aux familles, aux collègues de travail et aux amis des personnes qui ne sont pas rentrées du…
En savoir plus

Le nombre des emplois indique que les personnes les plus durement frappées par la pandémie sont encore celles qui ont le plus de difficulté

Les syndicats du Canada sonnent l’alarme parce que des centaines de milliers de travailleurs et travailleuses risquent de voir réduire leurs soutiens relatifs à la pandémie alors que le marché du travail est loin de se rétablir. « Nous nous inquiétons principalement des personnes qui risquent de quitter le marché du travail pour de bon. De nombreux travailleurs et travailleuses…
En savoir plus

Lettre ouverte aux travailleuses et travailleurs du Canada

Amis et alliés, Il y a quelques semaines, ce fut un grand honneur pour moi d’être élue présidente du Congrès du travail du Canada afin de servir les travailleuses et travailleurs canadiens. Mes collègues membres de la direction et moi ne prenons pas cette responsabilité à la légère, et ce n’est pas un travail qu’une personne peut accomplir seule. Nous…
En savoir plus