Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

17 mai 2020

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle.

Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus difficile de trouver de l’aide et d’échapper à un environnement moins compréhensif à la maison lors du confinement actuel.

« La COVID-19 a amplifié les iniquités dans notre société, notamment la discrimination dont font l’objet les personnes LGBTABI », explique Larry Rousseau, vice-président exécutif du Congrès du travail du Canada. « Nous pouvons tous exercer une distanciation sociale, mais cela ne signifie pas que les communautés marginalisées sont moins touchées par la réalité de l’intolérance et de la violence homophobes, transphobes et biphobes. »

Lors du début du confinement des communautés partout au Canada, plus de 100 organisations LGBTABI ont sonné l’alarme dans une lettre adressée au gouvernement fédéral du Canada (en anglais).

Selon des données recueillies par Egale, 53 % des ménages LGBTABI ont subi des pertes d’emploi depuis la mi-mars, par rapport à 39 % dans la population en général. De plus, 42 % des répondants LGBTABI au récent sondage d’Egale ont affirmé qu’ils ont vécu des effets négatifs sur leur santé mentale en raison du stress additionnel, par rapport à 30 % dans la population en général.

« Le gouvernement fédéral doit agir pour soutenir les organisations LGBTABI qui sont confrontées à une augmentation des demandes des membres de la communauté aux prises avec un manque de ressources dû à la pandémie », poursuit M. Rousseau. « Les gouvernements fédéral et provinciaux doivent aussi mandater la collecte de données ventilées partout au Canada afin que les décideurs et responsables de la santé comprennent mieux les répercussions disproportionnées de cette pandémie sur les communautés marginalisées, incluant les personnes LGBTABI. »

Pour en savoir plus sur les répercussions précises de la COVID-19 sur les communautés LGBTABI au Canada, cliquez ici et pour en apprendre davantage sur l’histoire de l’IDAHOBIT, cliquez ici.

Articles connexes

Le Canada doit créer un groupe de travail national sur les meilleurs moyens de relancer l’économie

Par Hassan Yussuff et Perrin Beatty, tel que publié dans The Hill Times.* Les Canadiennes et les Canadiens demeurent physiquement éloignés, mais la pandémie de COVID-19 les a rendus plus dépendants que jamais les uns des autres pour ce qui est de leur bien-être. Nos concitoyennes et concitoyens canadiens comptent sur un effort collectif pour se sortir de la crise…
Suite

Les syndicats du Canada demandent un soutien en santé mentale pour les travailleuses et travailleurs

Les syndicats du Canada célèbrent la Semaine de la santé mentale en reconnaissant l’impact considérable de la COVID-19 sur la santé mentale des travailleuses et travailleurs et en demandant aux gouvernements et milieux de travail de fournir l’accès à des soutiens et de prendre des mesures pour prévenir les blessures psychologiques au travail. L’impact de la COVID-19 sur les lieux…
Suite

Les syndicats du Canada marquent le Jour de deuil national en solidarité avec le personnel de première ligne

Cette année, les syndicats du Canada demandent aux Canadiennes et Canadiens d’observer le Jour de deuil national en mémoire des travailleuses et travailleurs qui ont perdu leur vie à la suite d’incidents en milieu de travail. Cette année, ces décès comprennent des travailleuses et travailleurs de première ligne qui sont décédés de la COVID-19. « Tandis que des communautés pleurent les…
Suite