Les syndicats du Canada appellent à une meilleure protection contre la violence et le harcèlement au travail

23 avril 2018

À l’occasion de ce Jour de deuil national, les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral d’en faire davantage pour lutter contre la violence et le harcèlement au travail.

Chaque 28 avril, les syndicats du Canada, avec les travailleuses et travailleurs et leurs familles, rendent hommage aux personnes qui ont été blessées ou tuées au travail. La violence et le harcèlement au travail ont également causé le décès de travailleuses et de travailleurs, de même que d’importantes blessures physiques ou psychologiques. Or, on en parle beaucoup moins souvent.

« Le harcèlement et la violence au travail sont souvent des dangers au travail que l’on oublie », a dit Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada (CTC). « Dans l’ère de #moisaussi et #timesup, nous devons parler de l’effet négatif, même mortel, que ces dangers peuvent avoir dans le lieu de travail. »

Le Canada possède des règlements rigoureux sur la prévention de la violence, qui ont été élaborés conjointement par les syndicats, les employeurs et le gouvernement fédéral dans le cadre d’un processus tripartite. Le projet de loi fédéral C-65 permettra enfin de reconnaître le harcèlement sexuel comme un danger au travail.

Toutefois, les travailleurs demandent également de nouvelles mesures :

  • Premièrement, voir à ce que les travailleuses et travailleurs puissent signaler en toute sécurité les cas de harcèlement et de violence par la mise en place de mesures pour protéger contre les représailles, y compris la protection des dénonciateurs;
  • Deuxièmement, s’assurer que les agents fédéraux de santé et de sécurité soient aussi efficaces que possible par l’embauche d’un plus grand nombre d’agents et s’assurer qu’ils reçoivent la formation vigoureuse dont ils ont besoin;
  • Et finalement, reconnaître que la violence conjugale compte parmi les risques du lieu de travail. Cela permettra de sensibiliser la population sur le fait que les employeurs doivent effectuer des évaluations des risques en milieu de travail, de la formation et de la planification de la sécurité, et s’assurer de la mise en place de soutiens pour les travailleuses et travailleurs victimes de violence conjugale.

« Nous encourageons le gouvernement fédéral à prendre des mesures pour mieux protéger les travailleuses et travailleurs contre le harcèlement et la violence », a déclaré M. Yussuff. « Cela touche tous les secteurs. »

Les partisans sont invités à ajouter leur voix à cette campagne à lejourdedeuil.ca. Pour trouver les événements tenus à l’occasion du Jour de deuil partout au Canada, visitez le site Web du CTC ici

Articles connexes

Jour de deuil national : le coût humain de la COVID-19

Par Hassan Yussuff tel que publié dans The Hamilton Spectator Chaque année, les travailleuses et travailleurs et leurs familles se réunissent le 28 avril, à l’occasion du Jour de deuil national, pour pleurer les personnes décédées en raison de maladies et de blessures au travail. Cette année, les syndicats du Canada braquent les projecteurs sur le coût humain de la pandémie…
En savoir plus

Jour de deuil 2021 – Le coût humain de la COVID-19

Les syndicats du Canada marquent le Jour de deuil national en appelant l’attention sur le coût humain de la pandémie de la COVID-19. Depuis plus d’un an, le monde a connu un bouleversement sans précédent en raison de la COVID-19. Le virus et ses variantes ont semé le chaos dans notre société et ont mis au jour le manque inquiétant…
En savoir plus

Les syndicats du Canada appellent à des soutiens en santé mentale pour tous

La pandémie de la COVID-19 a eu un effet considérable sur la santé mentale des membres de la population canadienne. Il importe de reconnaître cet effet négatif et de réfléchir à la stigmatisation encore associée à la maladie mentale dans nos lieux de travail et nos communautés. La Semaine de sensibilisation aux maladies mentales (SSMM), qui va du 4 au…
En savoir plus