Le Pacte de l’automobile a créé l’industrie canadienne de l’automobile moderne

11 juin 2020

On attribue au Pacte de l’automobile la revigoration de l’industrie canadienne de l’automobile. Il a établi de nouvelles règles applicables à la fabrication d’automobiles tant aux États‑Unis qu’au Canada. En exigeant un contenu canadien des automobiles fabriquées et vendues au Canada, le Pacte de l’automobile constituait un important compromis entre les principes du libre-échange et de l’équité du marché. Il rappelle l’importance de l’équilibre, particulièrement dans le contexte des récentes négociations commerciales, comme le partenariat transpacifique (PTP), qui ont menacé de compromettre l’industrie automobile du Canada.

La Le Roy, première voiture à essence produite en série au Canada, commence à être vendue en 1902. Elle ressemblait beaucoup à la populaire Oldsmobile américaine. Deux ans plus tard, Henry Ford fonde Ford du Canada pour produire le célèbre Modèle T. Cela marquait la naissance d’une industrie de l’automobile interdépendante entre le Canada et les États-Unis.

Avant la conclusion du Pacte de l’automobile, les pièces d’automobile et de camion étaient fabriquées aux États-Unis et assemblées au Canada. Le Pacte a éliminé les tarifs douaniers entre les deux pays de telle sorte que les automobiles et les pièces pouvaient franchir librement la frontière. De plus, le Pacte comportait des garanties d’emploi qui stipulait que la production d’automobiles au Canada ne devait pas tomber sous son niveau de 1964.

Le Pacte avait pour objectifs d’accroître l’efficacité et de réduire les frais de production au Canada en réduisant l’éventail des véhicules et des pièces fabriqués. De plus, il visait à réduire le prix des véhicules pour les consommateurs canadiens. Le principal résultat a été une stimulation de l’industrie automobile canadienne qui a renforcé l’économie nationale. Des emplois ont été créés et les salaires ont augmenté dans le secteur. En peu de temps, celui-ci est devenu l’industrie la plus importante du Canada. Il importe toutefois de signaler que l’industrie canadienne est demeurée nettement entre les mains des trois Grands américains de l’automobile : Ford, General Motors et Chrysler.

En définitive, la « libéralisation » des échanges a mis fin au Pacte de l’automobile. L’accord a toujours été fondé sur le désir de protéger les emplois tout en améliorant le commerce, mais les régimes commerciaux mondiaux actuels font passer le libre mouvement des capitaux avant les intérêts des travailleurs et travailleuses et de leurs collectivités. En 2001, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a décrété le Pacte de l’automobile illégal et, depuis, l’industrie canadienne de l’automobile est en difficulté.

Étiquettes: CSHS

Articles connexes

Des grévistes d’une usine de pâte à papier sont abattus par des agriculteurs locaux dans le nord de l’Ontario

Un mois plus tôt, le 14 janvier, les 1 500 membres de la section locale 2995 du syndicat des travailleurs de la forêt et des scieries (relevant de la Fraternité unie des charpentiers et menuisiers d’Amérique) se sont mis en grève. Leur employeur, la compagnie Spruce Falls Power and Paper, s’efforce de mettre fin à la négociation type qui se…
Suite

TWLH-Avr-1-FR

Les syndicats du Canada ont toujours défendu l’équité. Cela consiste notamment à défendre les droits des travailleurs et travailleuses qui font l’objet d’homophobie et de discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. En 1991, Delwin Vriend travaille comme coordinateur à plein temps du laboratoire de chimie du King’s College, école affiliée à la Christian Reformed Church. Ouvertement gai et également ouvert au…
Suite

TWLH-Avr-2-FR

Les syndicats ont pour raison d’aider les travailleurs et les travailleuses à s’unir pour obtenir de meilleures conditions pour leurs familles et leurs communautés. Les travailleurs et les travailleuses savent que c’est en s’unissant – les uns avec les autres au sein de leur section locale syndicale et avec les autres sections locales de leur syndicat – qu’il pourront gagner…
Suite