Progrès historique vers une protection accrue des travailleurs du monde entier

21 juin 2019

Les syndicats du Canada se joignent aux travailleurs et travailleuses du monde entier pour célébrer l’adoption, aujourd’hui, d’une convention et d’une recommandation de l’Organisation internationale du Travail (OIT) qui font date au sujet de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.

Après plus d’une année de négociations avec les gouvernements, les employeurs et les travailleurs, la Conférence internationale du Travail a adopté un nouveau cadre pendant sa session marquant le centenaire de l’OIT qui a eu lieu à Genève.

« Nous vivons une journée historique », déclare Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du CTC qui a coprésidé les négociations au nom des travailleuses et travailleurs. « Nous avons rédigé une norme devant résister à l’épreuve du temps, guider l’OIT au cours de son prochain centenaire et permettre de relever les défis de l’avenir du monde du travail. »

L’OIT est l’organisme des Nations Unies qui a pour mandat de militer en faveur de la justice sociale et de faire la promotion du travail décent en établissant des normes internationales du travail. 

La convention et la recommandation les plus récentes de l’OIT indiquent des politiques claires reposant sur un dialogue social et nécessitant une approche intégrée et tenant compte des considérations de genre à l’égard de la prévention et de l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail. La Convention a force d’obligation alors que la Recommandation donne des conseils.

« Je crois sincèrement que nous pouvons tous être fiers des textes adoptés aujourd’hui. Ce sont des instruments novateurs et clairvoyants mais aussi pratiques et applicables », a déclaré madame Clarke Walker dans un discours prononcé devant les déléguées et délégués à la conférence.

« L’existence d’une norme minimale mondiale de prévention et de réparation de la violence et du harcèlement dans le monde du travail inspirera de l’espoir à des millions de travailleuses et de travailleurs – l’espoir de voir naître un monde du travail exempt de violence et de harcèlement », a-t-elle ajouté.

Les syndicats du Canada félicitent madame Clarke Walker et toutes les personnes qui ont participé à l’établissement de la norme. 

« C’est une réalisation exceptionnelle », dit Hassan Yussuff, président du CTC. « Maintenant que nous avons réussi à faire adopter cette convention innovante, nous incitons le Canada à compter parmi les premiers pays à la ratifier. Nous sommes prêts à assurer sa mise en œuvre efficace afin que tous puissent jouir du droit à un milieu de travail dénué de violence et de harcèlement. »

Pour lire le texte intégral de la nouvelle convention et de la nouvelle recommandation, cliquez ici.

Articles connexes

Le gouvernement fédéral doit protéger les travailleurs contre l’interdiction d’exportation

Les syndicats du Canada incitent le gouvernement fédéral à s’assurer que les travailleurs canadiens sont protégés contre les pertes d’emploi et de revenu par suite de la récente interdiction par la Chine des exportations canadiennes de bœuf et de porc. Cette interdiction a été imposée après que les inspecteurs des douanes chinois ont détecté un additif alimentaire prohibé dans un…
Suite

Les syndicats du Canada marquent la Journée nationale des peuples autochtones en appelant à d’autres mesures pour la réconciliation

À l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones, les syndicats du Canada disent que des mesures sur la réconciliation doivent être une priorité urgente nationale. Plus tôt ce mois-ci, l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a publié son rapport final, comprenant 231 appels à la justice pour réduire les taux effarants de violence…
Suite

Les syndicats du Canada sont solidaires des Métallos en lockout au Québec

Le Congrès du travail du Canada (CTC) soutient pleinement la plainte déposée par le Syndicat des Métallos à l’encontre du gouvernement du Québec pour violation des lois internationales du travail et entrave grave aux droits des travailleurs et travailleuses. Quelque mille membres des Métallos sont en lockout de leur travail à l’Aluminerie de Bécancour (ABI), au Québec, depuis 17 mois.…
Suite