Progrès historique vers une protection accrue des travailleurs du monde entier

21 juin 2019

Les syndicats du Canada se joignent aux travailleurs et travailleuses du monde entier pour célébrer l’adoption, aujourd’hui, d’une convention et d’une recommandation de l’Organisation internationale du Travail (OIT) qui font date au sujet de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.

Après plus d’une année de négociations avec les gouvernements, les employeurs et les travailleurs, la Conférence internationale du Travail a adopté un nouveau cadre pendant sa session marquant le centenaire de l’OIT qui a eu lieu à Genève.

« Nous vivons une journée historique », déclare Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du CTC qui a coprésidé les négociations au nom des travailleuses et travailleurs. « Nous avons rédigé une norme devant résister à l’épreuve du temps, guider l’OIT au cours de son prochain centenaire et permettre de relever les défis de l’avenir du monde du travail. »

L’OIT est l’organisme des Nations Unies qui a pour mandat de militer en faveur de la justice sociale et de faire la promotion du travail décent en établissant des normes internationales du travail. 

La convention et la recommandation les plus récentes de l’OIT indiquent des politiques claires reposant sur un dialogue social et nécessitant une approche intégrée et tenant compte des considérations de genre à l’égard de la prévention et de l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail. La Convention a force d’obligation alors que la Recommandation donne des conseils.

« Je crois sincèrement que nous pouvons tous être fiers des textes adoptés aujourd’hui. Ce sont des instruments novateurs et clairvoyants mais aussi pratiques et applicables », a déclaré madame Clarke Walker dans un discours prononcé devant les déléguées et délégués à la conférence.

« L’existence d’une norme minimale mondiale de prévention et de réparation de la violence et du harcèlement dans le monde du travail inspirera de l’espoir à des millions de travailleuses et de travailleurs – l’espoir de voir naître un monde du travail exempt de violence et de harcèlement », a-t-elle ajouté.

Les syndicats du Canada félicitent madame Clarke Walker et toutes les personnes qui ont participé à l’établissement de la norme. 

« C’est une réalisation exceptionnelle », dit Hassan Yussuff, président du CTC. « Maintenant que nous avons réussi à faire adopter cette convention innovante, nous incitons le Canada à compter parmi les premiers pays à la ratifier. Nous sommes prêts à assurer sa mise en œuvre efficace afin que tous puissent jouir du droit à un milieu de travail dénué de violence et de harcèlement. »

Pour lire le texte intégral de la nouvelle convention et de la nouvelle recommandation, cliquez ici.

Articles connexes

Un appel à l’action collective

Par Hassan Yussuff, tel que publié dans National Newswatch.* Nous vivons une pandémie mondiale. Le gouvernement fédéral adopte de nouveaux programmes presque tous les jours pour aider les millions de Canadiens et Canadiennes qui ont été affectés par la crise. Le personnel de la fonction publique accomplit un travail extraordinaire pour voir à ce que l’aide soit apportée aux personnes…
Suite

Les syndicats du Canada saluent l’annonce sur les congés de maladie

OTTAWA – Le Congrès du travail du Canada (CTC) se réjouit de l’annonce faite aujourd’hui par le Premier ministre du Canada d’accorder aux travailleuses et travailleurs de tout le pays 10 jours de congé de maladie payés. « L’annonce d’aujourd’hui signifie que le personnel de première ligne ne sera plus contraint de choisir entre leur travail et leur santé », déclare Hassan…
Suite

Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle. Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus…
Suite