Les syndicats du Canada demandent au gouvernement nouvellement élu de ratifier la convention mondiale sur la violence et le harcèlement

25 novembre 2019

Le 25 novembre marque le premier des 16 jours mondiaux d’action pour éliminer la violence fondée sur le genre. Les syndicats du Canada soulignent ces journées en demandant au gouvernement nouvellement élu de ratifier la convention no 190 de l’OIT, le tout premier traité mondial sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail.

La convention no 190 a été adoptée à la Conférence internationale du Travail du centenaire tenue plus tôt cette année. L’OIT est la seule agence des Nations Unies qui utilise un mécanisme tripartite réunissant les gouvernements, les employeurs et les travailleurs pour établir les normes du travail, élaborer des politiques et créer des programmes de promotion du travail décent pour tous.

La convention de l’OIT est juridiquement contraignante lorsqu’elle est ratifiée par un pays.

La convention no 190 et la recommandation s’y rapportant indiquent des politiques claires reposant sur un dialogue social et nécessitant une approche intégrée et tenant compte des considérations de genre à l’égard de la prévention et de l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.

« Plus de la moitié des femmes au Canada subiront des actes de violence physique ou sexuelle dans leur vie », a déclaré Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du Congrès du travail du Canada. « Nous avons fait des progrès au cours des dernières années, et la ratification de cette convention va envoyer un message clair que tous les travailleurs et travailleuses ont le droit d’être à l’abri de la violence et du harcèlement au travail. »

Joignez-vous à nous pour marquer le début des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le sexe en demandant à notre Premier ministre d’entamer le processus de ratification de la convention no 190 avant la fin de 2020.

Écrivez-lui maintenant.

Depuis 1981, les défenseurs des droits des femmes marquent le 25 novembre comme la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Vous pouvez en apprendre davantage ici.

Articles connexes

Les syndicats du Canada marquent l’anniversaire de Westray par un appel visant à tenir les employeurs négligents responsables

Les syndicats du Canada marquent l’anniversaire de la catastrophe minière de Westray en demandant que les employeurs négligents soient tenus responsables en cas de décès ou de blessure au travail, en faisant en sorte que la loi Westray soit mise en application. La première enquête criminelle connue d’une éclosion de COVID-19 en milieu de travail a eu lieu en janvier…
En savoir plus

Jour de deuil national : le coût humain de la COVID-19

Par Hassan Yussuff tel que publié dans The Hamilton Spectator Chaque année, les travailleuses et travailleurs et leurs familles se réunissent le 28 avril, à l’occasion du Jour de deuil national, pour pleurer les personnes décédées en raison de maladies et de blessures au travail. Cette année, les syndicats du Canada braquent les projecteurs sur le coût humain de la pandémie…
En savoir plus

Il nous faut une politique publique judicieuse pour éliminer l’hésitation à se faire vacciner

Quand les premiers vaccins contre la COVID-19 ont été injectés à des Canadiennes et Canadiens en décembre dernier, l’optimisme était répandu car les gens pouvaient entrevoir le début de la fin de la pandémie. Actuellement, puisque des variants plus contagieux et plus mortels se répandent dans la plupart des régions du pays, la troisième vague menace d’être la plus ravageuse…
En savoir plus