Les syndicats du Canada demandent au gouvernement nouvellement élu de ratifier la convention mondiale sur la violence et le harcèlement

25 novembre 2019

Le 25 novembre marque le premier des 16 jours mondiaux d’action pour éliminer la violence fondée sur le genre. Les syndicats du Canada soulignent ces journées en demandant au gouvernement nouvellement élu de ratifier la convention no 190 de l’OIT, le tout premier traité mondial sur la violence et le harcèlement dans le monde du travail.

La convention no 190 a été adoptée à la Conférence internationale du Travail du centenaire tenue plus tôt cette année. L’OIT est la seule agence des Nations Unies qui utilise un mécanisme tripartite réunissant les gouvernements, les employeurs et les travailleurs pour établir les normes du travail, élaborer des politiques et créer des programmes de promotion du travail décent pour tous.

La convention de l’OIT est juridiquement contraignante lorsqu’elle est ratifiée par un pays.

La convention no 190 et la recommandation s’y rapportant indiquent des politiques claires reposant sur un dialogue social et nécessitant une approche intégrée et tenant compte des considérations de genre à l’égard de la prévention et de l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail.

« Plus de la moitié des femmes au Canada subiront des actes de violence physique ou sexuelle dans leur vie », a déclaré Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du Congrès du travail du Canada. « Nous avons fait des progrès au cours des dernières années, et la ratification de cette convention va envoyer un message clair que tous les travailleurs et travailleuses ont le droit d’être à l’abri de la violence et du harcèlement au travail. »

Joignez-vous à nous pour marquer le début des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le sexe en demandant à notre Premier ministre d’entamer le processus de ratification de la convention no 190 avant la fin de 2020.

Écrivez-lui maintenant.

Depuis 1981, les défenseurs des droits des femmes marquent le 25 novembre comme la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Vous pouvez en apprendre davantage ici.

Articles connexes

Journée de l’équité salariale : Reconnaissant la valeur du travail des femmes

Le 4 avril 2020 marque le jour où le salaire médian des femmes au Canada rattrape enfin le salaire médian que les hommes ont gagné l’année dernière. Cette année, la Journée de l’équité salariale a lieu dans le contexte d’une épreuve sans précédent pour les travailleuses et travailleurs, leurs familles et l’économie : la pandémie de COVID-19. « Il faut…
Suite

Nous ne sommes pas tous en sécurité à la maison : la violence conjugale en temps de pandémie

Les syndicats du Canada appellent à l’augmentation de la vigilance et de la sensibilisation à l’égard du risque croissant de violence conjugale pendant la pandémie de coronavirus. La recommandation de rester à la maison ainsi que les tensions financières et le stress accrus peuvent faire augmenter le risque de violence et l’isolement, ce qui accroît les possibilités qu’ont les agresseurs…
Suite

Les travailleurs marginalisés ne doivent pas être oubliés pendant la pandémie, selon les syndicats du Canada

Les syndicats du Canada soulignent la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale en appelant le gouvernement fédéral à protéger les droits des travailleurs marginalisés et des réfugiés dans le cadre de sa réponse à la COVID-19. Les travailleurs migrants, les sans-papiers, les personnes à faible revenu, les étudiants internationaux, les travailleuses et travailleurs racialisés et les réfugiés sont…
Suite