Le gouvernement fédéral doit protéger les travailleurs contre l’interdiction d’exportation

28 juin 2019

Les syndicats du Canada incitent le gouvernement fédéral à s’assurer que les travailleurs canadiens sont protégés contre les pertes d’emploi et de revenu par suite de la récente interdiction par la Chine des exportations canadiennes de bœuf et de porc.

Cette interdiction a été imposée après que les inspecteurs des douanes chinois ont détecté un additif alimentaire prohibé dans un lot d’expéditions de porc étiqueté canadien. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a confirmé que les certificats d’inspection étaient frauduleux, et une enquête a été entreprise.

« L’industrie canadienne des viandes est un des principaux secteurs économiques du Canada et emploie des centaines de milliers de personnes dans l’ensemble du pays. L’interdiction affectera non seulement les personnes directement employées dans l’industrie mais aussi celles qui travaillent dans les industries dérivées de toute la chaîne de valeur », dit Hassan Yussuff, président du CTC.

Pendant les quatre premiers mois de 2019, les exportations de bœuf et de veau vers la Chine ont compté pour 6,1 % du total des exportations canadiennes, ce qui représente une augmentation de 344 % sur douze mois. Les exportations de porc vers la Chine ont compté pour 22,7 % du total, soit une augmentation de 80 %. La Chine était la cinquième destination du bœuf et du veau canadiens et la troisième destination du porc canadien.

« Nous incitons le gouvernement fédéral et l’ACIA à collaborer étroitement avec le gouvernement chinois pour apaiser les craintes de celui-ci au sujet du système de supervision de l’exportation des viandes et régler rapidement le différend », déclare M. Yussuff.

Les syndicats du Canada demandent au gouvernement d’établir un mécanisme robuste et durable pour protéger les personnes travaillant dans des industries affectées par la volatilité du commerce mondial. L’interdiction des exportations de viandes canadiennes se produit après le resserrement des inspections dans les ports chinois et l’imposition d’interdictions sélectives aux exportateurs agricoles qui ont fait dégringoler les exportations de canola, de pois et de soya vers la Chine.

« Dans ce contexte de tensions commerciales imprévisibles, les travailleurs et les travailleuses doivent pouvoir compter sur une protection de leur gagne-pain. Le gouvernement doit collaborer avec le mouvement syndical pour dresser un plan concret de protection des emplois et des revenus dans les industries exportatrices canadiennes », ajoute M. Yussuff.

Articles connexes

Manifestations prodémocratie à Hong Kong

Les syndicats du Canada condamnent le recours à la force excessive contre les personnes qui manifestent pour la démocratie à Hong Kong.   Depuis deux mois, des centaines de milliers de citoyennes et citoyens de Hong Kong ont protesté contre une loi d’extradition vers la Chine continentale qui est considérée comme une entrave à l’indépendance de Hong Kong et une…
Suite

Progrès historique vers une protection accrue des travailleurs du monde entier

Les syndicats du Canada se joignent aux travailleurs et travailleuses du monde entier pour célébrer l’adoption, aujourd’hui, d’une convention et d’une recommandation de l’Organisation internationale du Travail (OIT) qui font date au sujet de la violence et du harcèlement dans le monde du travail. Après plus d’une année de négociations avec les gouvernements, les employeurs et les travailleurs, la Conférence…
Suite

Les syndicats du Canada sont solidaires des Métallos en lockout au Québec

Le Congrès du travail du Canada (CTC) soutient pleinement la plainte déposée par le Syndicat des Métallos à l’encontre du gouvernement du Québec pour violation des lois internationales du travail et entrave grave aux droits des travailleurs et travailleuses. Quelque mille membres des Métallos sont en lockout de leur travail à l’Aluminerie de Bécancour (ABI), au Québec, depuis 17 mois.…
Suite