Les syndicats du Canada font pression pour la mise en œuvre d’un plan d’action national sur la violence à l’égard des femmes et filles autochtones et des personnes bispirituelles

5 octobre 2020

Chaque 4 octobre, les événements Sœurs par l’esprit honorent la vie des femmes et filles autochtones et des personnes bispirituelles disparues ou assassinées (MMIWG2S) et de leurs familles. Les syndicats du Canada se joignent aux communautés de tout le pays pour pleurer leur mort et appeler à l’action.

« Cette crise qui sévit, et la longue histoire d’attitudes colonialistes qui dévalorisent l’être et la culture des peuples autochtones, est notre plus grande honte », déclare Marie Clarke Walker, secrétaire-trésorière du Congrès du travail du Canada. « Les syndicats du Canada demandent à notre gouvernement fédéral d’élaborer et de mettre en œuvre un plan d’action national pour mettre fin à la violence contre les femmes et filles autochtones et les personnes bispirituelles. »

Le taux d’agression sexuelle des femmes autochtones au pays est actuellement plus de trois fois plus élevé que celui des femmes non autochtones. Le taux d’homicide des femmes autochtones au Canada est six fois plus élevé, et le taux de crimes élucidés est inférieur.

En juin 2019, après des années d’efforts de sensibilisation de la part des familles des personnes disparues et assassinées et de leurs alliés, le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été publié. Le rapport était fondé sur les témoignages de 2 000 personnes et de leurs familles recueillies sur trois ans. Parmi les 231 appels à la justice contenus dans le rapport figure l’appel à un plan d’action national pour mettre fin à cette violence.

Bien que le gouvernement fédéral se soit engagé à élaborer un plan d’action national d’ici juin 2020, aucun plan ni nouvel échéancier n’a été publié.

« Il y a plus d’un an que le rapport final de l’Enquête nationale a été publié, et il n’y a guère eu de progrès de la part du gouvernement fédéral », indique Mme Clarke Walker. « Au cours de cette pandémie, nous avons assisté à une flambée des cas de violence conjugale, d’homicide et de cyberintimidation. La lutte contre la violence fondée sur le genre n’a jamais été aussi urgente. »

Le plan d’action doit être élaboré avec la participation des provinces, des territoires, des chefs, familles et groupes de femmes autochtones, des personnes bispirituelles et de tous les autres défenseurs pour s’assurer qu’il soit transparent et tienne compte des traumatismes subis.

Pour appuyer les Sœurs par l’esprit cette année, vous pouvez :

  • Participer à une vigile virtuelle : L’Association des femmes autochtones du Canada diffusera une vigile en direct le dimanche 4 octobre, de 14 h à 15 h 30 HAE.
  • Trouver une vigile avec distanciation sociale dans votre communauté : L’Association des femmes autochtones du Canada affichera des événements locaux. Les familles des Sœurs par l’esprit organisent une vigile à Ottawa le dimanche 4 octobre à midi HAE. Cette vigile pourrait avoir lieu en ligne.
  • Écrire une lettre à la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, pour exiger un plan d’action national d’action en utilisant l’outil de rédaction de lettre d’Amnesty International Canada (en anglais seulement).
  • Pour en savoir plus sur les priorités du CTC en matière de lobbying sur les droits des Autochtones, cliquez ici
Étiquettes: Femmes

Articles connexes

Les syndicats du Canada demandent la reconnaissance de l’importance des travailleurs domestiques

Les syndicats du Canada marquent la Journée internationale des travailleurs domestiques en demandant au gouvernement fédéral de collaborer avec les provinces et les territoires afin de ratifier la Convention no 189 de l’OIT et s’assurer que la législation du travail reconnaît et protège les travailleurs domestiques. « Il est important de reconnaître la contribution économique importante du travail domestique – le travail…
En savoir plus

Il ne saurait y avoir de relance économique sans services de garde d’enfants suffisants

Par Hassan Yussuff et Goldy Hyder, tel que publié dans The Star.* Les effets économiques de la COVID-19 sont très durs – et ce sont surtout les femmes qui les sentent. Plus d’1,5 million de femmes ont perdu leur emploi en mars et en avril, selon Statistique Canada. Cela correspond à une baisse de 17 % du taux d’emploi depuis…
En savoir plus

Les pertes d’emploi historiques posent un énorme défi

Les syndicats du Canada disent que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour soutenir les sans-emploi et maintenir les emplois existants, car le nombre de Canadiens qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie ne cesse d’augmenter. Selon Statistique Canada, un million d’emplois ont été perdus en mars et le nombre de personnes sans emploi a augmenté de 413 000.…
En savoir plus