Les derniers chiffres de l’emploi annoncent un hiver morose

4 décembre 2020

OTTAWA – Les syndicats canadiens tirent la sonnette d’alarme sur le fait que de nombreux travailleurs et travailleuses sont confrontés à un hiver morose de chômage et de sous-emploi sans qu’aucune aide immédiate ne soit en vue.

L’Enquête sur la population active de novembre, publiée aujourd’hui par Statistique Canada, a révélé des taux élevés de chômage de longue durée. Au total, 1,5 million de personnes sont actuellement au chômage et à la recherche d’un emploi; 400 000 sont sans travail depuis six mois ou plus. En outre, 317 000 travailleuses et travailleurs ont quitté le marché du travail le mois dernier.

« L’ampleur de la crise de l’emploi est sans précédent dans l’histoire récente », a déclaré Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada. « La deuxième vague de cette pandémie rend la vie très difficile à de nombreux travailleurs et travailleuses, dont beaucoup ont renoncé à essayer de trouver du travail pour le moment. Au-delà des aides d’urgence immédiates qui contribuent à mettre de la nourriture sur la table pour ces familles, la relance du gouvernement sera essentielle pour remettre les gens au travail. »

L’Enquête a également montré que les femmes continuent de porter le poids des responsabilités liées à la garde des enfants, avec 55 % de mères de jeunes enfants de plus qui travaillent moins de la moitié de leurs heures habituelles par rapport à la même période l’année dernière.

Le gouvernement fédéral s’est engagé à créer un million d’emplois et à investir dans les compétences et la formation.

« Nous sommes encouragés par le fait que le gouvernement a promis d’investir dans les soins de longue durée et les services de garde d’enfants, deux domaines qui emploient un nombre important de femmes, dont beaucoup sont racialisées », a déclaré M. Yussuff. « Cependant, le temps presse et les travailleuses et travailleurs ont besoin de voir des actions concrètes. »

Une étude récente a montré que l’investissement dans l’éducation à la petite enfance et les services de garde permettrait de créer 200 000 nouveaux emplois dans le domaine des services de garde et 80 000 autres emplois indirects, dont 8 000 dans le secteur de la construction. Il permettrait également d’accroître la participation des femmes de 725 000 travailleuses supplémentaires.

Les politiques d’austérité mises en œuvre peu après le ralentissement économique mondial de 2008-2009 ont entraîné une croissance lente, un chômage prolongé et une précarité accrue au Canada. Dans la crise actuelle, le maintien du soutien au revenu et l’augmentation des investissements publics seront essentiels pour aider la population à faire face à la deuxième vague de la pandémie et pour orienter le pays vers une solide relance.

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :
Relations avec les médias du CTC
media@clcctc.ca
613-526-7426

Articles connexes

Les dernières données sur l’emploi sont encourageantes, mais les enjeux sont surtout liés aux investissements fédéraux

OTTAWA – Les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral de créer plus d’un million d’emplois dans le prochain budget, soulignant les données sur l’emploi publiées aujourd’hui comme preuve supplémentaire de la nécessité d’investir davantage. Statistique Canada a publié aujourd’hui sa dernière Enquête sur la population active. Elle indique que plus de 1,5 million de personnes sans emploi et sous-employées ont…
En savoir plus

Budget 2021 : les syndicats du Canada demandent des mesures énergiques qui favoriseront la relance post-pandémie

Alors que la population du Canada est toujours aux prises avec les conséquences de la COVID-19, les travailleuses et travailleurs et leurs familles ont besoin de mesures énergiques pour assurer une saine relance économique lorsque la pandémie sera terminée. Dans le budget 2021, le gouvernement fédéral dévoilera sa feuille de route vers la relance économique. Le CTC a récemment présenté…
En savoir plus

Mouvement syndical : défendez les droits des travailleurs et des travailleuses plutôt que les plateformes

Le Congrès du travail du Canada et les fédérations provinciales et territoriales du travail trouvent que la proposition d’Uber, intitulée Flexible Work+, est dangereuse et menaçante. Elle va à l’encontre des droits et de la dignité des travailleurs et travailleuses. L’entreprise a indiqué vouloir faire pression sur les gouvernements afin qu’ils créent un nouveau statut d’emploi pour le travail exercé…
En savoir plus