Les jeunes canadiens doivent avoir davantage de possibilités

11 août 2016

Alors que le monde célèbre la Journée internationale de la jeunesse, le Congrès du travail du Canada demande au gouvernement fédéral et aux employeurs d’investir davantage dans la formation professionnelle et les possibilités d’emploi pour aider les jeunes canadiens à sortir du cycle continuel de la précarité de l’emploi et du chômage.

Dans Sauter sans parachute : Les jeunes canadiens dans une économie précaire publié aujourd’hui, le CTC fait état de certains des défis et des possibilités qui se présentent actuellement aux jeunes travailleuses et travailleurs au Canada.

« Les taux de chômage ou de sous-emploi chez les jeunes travailleuses et travailleurs sont exceptionnellement élevés, et ce depuis de nombreuses années. Les jeunes se retrouvent très endettés en raison des prêts étudiants; en moyenne, un étudiant diplômé doit rembourser plus de 25 000 $. Nous ne favorisons pas la réussite des jeunes », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

« Cela démontre parfaitement l’importance de se doter d’une stratégie nationale sur l’emploi, d’établir un salaire minimum de 15 $ et d’élargir le RPC. Les jeunes travailleuses et travailleurs bénéficieront de ces mesures », a-t-il ajouté.

Sauter sans parachute salue la génération du millénaire comme l’une des plus militantes et ayant le plus grand sens civique de l’histoire, et indique que le taux de syndicalisation augmente chez les jeunes travailleuses et travailleurs.

Plus tard cette année, le CTC tiendra un Sommet national des jeunes travailleurs et travailleuses qui réunira des centaines de jeunes travailleurs et militants de tout le pays pour discuter entre autres questions du travail précaire, de l’inégalité des revenus et de la nécessité d’une transition juste vers une économie axée sur l’énergie propre.

« Les jeunes travailleuses et travailleurs sont un groupe qui a une conscience politique et qui joue un rôle de plus en plus actif dans leurs syndicats. Leur leadership dans les milieux de travail et les syndicats façonnera l’avenir du travail et la façon dont nous réagissons à la précarité de l’économie », a dit M. Yussuff.

Sauter sans parachute se fonde sur le rapport détaillé du CTC intitulé Divers, engagés et précarité d’emploi : un regard en profondeur sur les jeunes travailleuses et travailleurs au Canada.

 

Articles connexes

Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle. Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus…
Suite

Les syndicats du Canada appuient le personnel infirmier, les sages-femmes et tous les travailleurs et travailleuses de la santé

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2020, l’Organisation mondiale de la santé célèbre l’Année internationale du personnel infirmier et des sages-femmes. Actuellement, les infirmiers, les infirmières et les sages-femmes travaillent aux côtés de tous les autres membres du personnel de la santé en première ligne de la lutte contre la pandémie la plus grande des temps modernes.…
Suite

Nous ne sommes pas tous en sécurité à la maison : la violence conjugale en temps de pandémie

Les syndicats du Canada appellent à l’augmentation de la vigilance et de la sensibilisation à l’égard du risque croissant de violence conjugale pendant la pandémie de coronavirus. La recommandation de rester à la maison ainsi que les tensions financières et le stress accrus peuvent faire augmenter le risque de violence et l’isolement, ce qui accroît les possibilités qu’ont les agresseurs…
Suite