Les syndicats du Canada célèbrent la Fierté et s’engagent à continuer à militer en faveur de la justice

2 juin 2017

Au cours des quelques prochains mois, les syndicats du Canada se joindront à d’autres intervenants dans les différentes parties du pays pour célébrer la Fierté et militer en faveur de l’accès à l’égalité et de la justice pour les LGBTABI.

Les événements de la Fierté donnent des occasions non seulement de célébration mais aussi de réflexion et de militantisme. Les défilés de la Fierté sont nés en réponse aux descentes de la police sur les espaces des LGBTABI telles que les coups de filet réalisés dans les bains publics de Toronto en 1981.

« Il importe de continuer à contester la discrimination et les obstacles auxquels la communauté LGBTABI se heurte encore », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

Il y a encore de nombreux pays où l’homosexualité est illégale et passible de peines extrêmes et même d’exécution. En Tchétchénie, par exemple, les hommes gais se font détenir dans des camps de concentration, torturer et, dans certains cas, tuer, et les parents se font inciter à tuer leurs fils homosexuels. 

Rainbow Railroad, organisation canadienne qui aide les LGBTABI menacés de violence physique, d’emprisonnement ou de mort, collabore avec des organisations LGBTABI russes pour faire venir des Tchétchènes au Canada en tant que réfugiés. Les déléguées et délégués à l’Assemblée générale du CTC tenue en mai 2017 ont adopté unanimement une résolution incitant le gouvernement du Canada à appuyer activement ces efforts et à condamner les actions de la Tchétchénie.

Le Canada a sa propre histoire de discrimination approuvée par l’État, et il y beaucoup à faire pour réparer les dégâts. Le Canada ne s’est pas encore excusé officiellement de la campagne de sécurité nationale menée pendant des décennies contre les fonctionnaires, les membres de la GRC et les militaires jugés homosexuels. Bon nombre de ceux-ci ont été interrogés, dénoncés et congédiés.

« Ces personnes et leurs familles attendent depuis des décennies que justice leur soit rendue. Il est plus que temps non seulement d’exiger que des excuses soient présentées aux personnes dont la vie et la carrière ont été détruites mais aussi d’obtenir des réhabilitations et des réparations du tort qui leur a été causé », a déclaré M. Yussuff.

« Nous encourageons tout le monde à s’exprimer haut et fort pendant les défilés et autres événements de la Fierté dans les différentes parties du pays et nous célébrerons les moyens par lesquels les syndicats du Canada ont favorisé le respect des droits des LGBTABI. De plus, nous nous engageons à poursuivre nos efforts pour assurer plus d’équité et de justice aux communautés en question au Canada et à l’étranger », a ajouté M. Yussuff.

 

Articles connexes

Les syndicats du Canada appellent à l’action contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie pendant la crise de COVID-19

En cette Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (IDAHOBIT), les syndicats canadiens demandent au gouvernement fédéral d’appuyer les organisations LGBTABI aux prises avec les répercussions de la crise actuelle. Les personnes LGBTABI sont actuellement plus vulnérables à la discrimination, à la violence, au harcèlement et à la stigmatisation fondés sur l’identité et l’expression sexuelles. Il est plus…
Suite

Les syndicats du Canada appuient le personnel infirmier, les sages-femmes et tous les travailleurs et travailleuses de la santé

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2020, l’Organisation mondiale de la santé célèbre l’Année internationale du personnel infirmier et des sages-femmes. Actuellement, les infirmiers, les infirmières et les sages-femmes travaillent aux côtés de tous les autres membres du personnel de la santé en première ligne de la lutte contre la pandémie la plus grande des temps modernes.…
Suite

Nous ne sommes pas tous en sécurité à la maison : la violence conjugale en temps de pandémie

Les syndicats du Canada appellent à l’augmentation de la vigilance et de la sensibilisation à l’égard du risque croissant de violence conjugale pendant la pandémie de coronavirus. La recommandation de rester à la maison ainsi que les tensions financières et le stress accrus peuvent faire augmenter le risque de violence et l’isolement, ce qui accroît les possibilités qu’ont les agresseurs…
Suite