L’Aperçu du marché du travail du 3e trimestre de 2019 établi par le CTC révèle le besoin d’une stratégie nationale sur les services de garde à l’enfance

15 novembre 2019

OTTAWA – Les données publiées dernièrement par Statistique Canada révèlent que les femmes indiquent que les responsabilités familiales et de garde d’enfants sont le principal obstacle à leur travail à plein temps, selon une récente analyse de l’Enquête sur la population active effectuée par le Congrès du travail du Canada (CTC).

En général, les emplois à temps partiel ne comportent que de bas salaires et pas d’avantages sociaux. L’écart salarial entre les personnes travaillant à temps partiel et celles qui travaillent à plein temps est d’environ 9 $ l’heure, ce qui nuit démesurément aux femmes qui comptent pour 75 % des personnes travaillant à temps partiel au Canada.

« Puisque l’obtention de services de garde d’enfants a été indiquée en tant que principal obstacle à l’emploi à plein temps et que les femmes sont les personnes auxquelles cela fait perdre le plus de revenus, il est clair que le Canada a besoin d’une stratégie nationale sur les services de garde à l’enfance », déclare Hassan Yussuff, président du CTC. « Il a été prouvé à maintes reprises que l’accès aux services de garde est un des principaux facteurs déterminants de l’amélioration de l’accès à l’égalité entre les genres. Les syndicats du Canada sont prêts à collaborer avec les gouvernements de tout le pays à l’établissement d’un système vraiment universel et inclusif de services de garde à l’enfance à prix abordable. »

L’amélioration de l’emploi des femmes nécessite l’élimination des obstacles auxquels se heurtent les groupes de femmes les plus vulnérables et l’instauration de services et de programmes qui éliminent les causes systémiques de la discrimination et de l’inégalité.

« Le gouvernement libéral a pris des mesures importantes pour créer des services de garde accessibles et de qualité », ajoute M. Yussuff. « Puisque les femmes constituent une grande majorité des personnes travaillant dans les secteurs sous-évalués et à bas salaires, il reste bien des progrès que nous devons réaliser en vue d’assurer une vraie égalité. Le renforcement de notre système de services de garde à l’enfance serait un premier pas judicieux. » 

Pour lire l’Aperçu du marché du travail, cliquez ici.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou une entrevue, veuillez communiquer avec :

media@clcctc.ca
613-526-7426

Articles connexes

Les syndicats du Canada demandent la reconnaissance de l’importance des travailleurs domestiques

Les syndicats du Canada marquent la Journée internationale des travailleurs domestiques en demandant au gouvernement fédéral de collaborer avec les provinces et les territoires afin de ratifier la Convention no 189 de l’OIT et s’assurer que la législation du travail reconnaît et protège les travailleurs domestiques. « Il est important de reconnaître la contribution économique importante du travail domestique – le travail…
En savoir plus

Il ne saurait y avoir de relance économique sans services de garde d’enfants suffisants

Par Hassan Yussuff et Goldy Hyder, tel que publié dans The Star.* Les effets économiques de la COVID-19 sont très durs – et ce sont surtout les femmes qui les sentent. Plus d’1,5 million de femmes ont perdu leur emploi en mars et en avril, selon Statistique Canada. Cela correspond à une baisse de 17 % du taux d’emploi depuis…
En savoir plus

Appuyer les travailleurs en temps de crise : principales mesures à prendre pour les gouvernements et les employeurs

Les syndicats du Canada incitent le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux à assurer sans tarder un soutien du revenu aux travailleuses et travailleurs en auto-isolement, en quarantaine ou devant garder leurs enfants. Le soutien du revenu sera un facteur critique de la réduction au minimum de l’impact de la COVID-19. De plus, le Congrès du travail du…
En savoir plus