15 $ et équité partout au Canada : une nécessité selon les statistiques sur le salaire minimum

2 juin 2016

On a beaucoup parlé dernièrement de la question du salaire minimum. Et avec raison. Les personnes travaillant au salaire minimum ont souvent de la difficulté à obtenir suffisamment d’heures de travail, n’ont pas d’horaires prévisibles ou ne sont pas avisées à l’avance de leur horaire de travail, et bon nombre d’entre elles n’ont même pas accès aux congés de maladie non payés.

Le gouvernement actuel en Alberta a été élu sur la base d’un plan visant à augmenter le salaire minimum à 15 $ l’heure en 2018, et le NPD de la Nouvelle-Écosse a récemment déposé un projet de loi visant à augmenter le salaire minimum en janvier de chaque année, pour finalement atteindre 15 $ en 2019.

Combien de personnes travaillent au salaire minimum? Il y avait 1 253 000 personnes travaillant au salaire minimum général ou moins en 2015 (de nombreuses provinces ont des exceptions ou des salaires inférieurs pour les étudiants ou les serveurs de boissons alcooliques).

[[{« fid »: »1076″, »view_mode »: »default », »fields »:{« format »: »default », »field_file_image_alt_text[und][0][value] »: »Personnes rémunérées au salaire minimum par province, 2015″, »field_file_image_title_text[und][0][value] »: » »}, »type »: »media », »link_text »:null, »attributes »:{« alt »: »Personnes rémunérées au salaire minimum par province, 2015″, »height »: »360″, »width »: »610″, »class »: »media-element file-default »}}]]

Source : Microdonnées de l’Enquête sur la population active 2015, Banque de données
sur les salaires minimums du gouvernement du Canada.

Si nous demandons la hausse du salaire minimum, les travailleurs et travailleuses qui gagnent un salaire se situant juste au-dessus obtiendraient également une augmentation. Alors, combien de travailleurs bénéficient directement d’un salaire minimum à 15 $? En 2015, environ 25 % de tous les travailleurs et travailleuses au Canada gagnaient 15 $ l’heure ou moins. Cela représente plus que de quatre millions de travailleurs et travailleuses. Ce nombre varie considérablement selon la province, de 18 % de tous les employés de l’Alberta à 38 % de tous les employés de l’Île-du-Prince-Édouard.

[[{« fid »: »1077″, »view_mode »: »default », »fields »:{« format »: »default », »field_file_image_alt_text[und][0][value] »: »Travailleurs à faible salaire (rémunération de 15 $/h ou moins) », »field_file_image_title_text[und][0][value] »: » »}, »type »: »media », »link_text »:null, »attributes »:{« alt »: »Travailleurs à faible salaire (rémunération de 15 $/h ou moins) », »height »: »375″, »width »: »519″, »class »: »media-element file-default »}}]]

Source : Microdonnées de l’Enquête sur la population active, 2015

Nous entendons également souvent que les travailleurs et travailleuses à faible salaire sont des jeunes vivant chez leurs parents, et que l’augmentation du salaire minimum ne ferait que les nuire en rendant le marché du travail plus difficile à percer. David Green, professeur à l’Université de la Colombie-Britannique, a passé en revue les données existantes sur le salaire minimum et a conclu que « l’incidence possible [de l’emploi] sur les jeunes adultes et les travailleurs adultes est de négligeable à nulle ». Il a également établi que l’augmentation du salaire minimum au Canada réduit le taux de roulement du personnel. Donc, la hausse du salaire minimum contribue également à créer des emplois plus stables pour les travailleurs et travailleuses.

Bon nombre de jeunes occupent des emplois à faible salaire, tout comme de nombreux adultes. D’ailleurs, les jeunes travailleurs et travailleuses méritent aussi d’être payés de façon équitable.

Enfin, on retrouve un nombre disproportionné de femmes dans les emplois à bas salaire — pas moins d’un tiers des femmes gagnent moins de 15 $ l’heure, par rapport à seulement 22 % des hommes.

[[{« fid »: »1078″, »view_mode »: »default », »fields »:{« format »: »default », »field_file_image_alt_text[und][0][value] »: »Employés à faible salaire, par âge et sexe, Canada, 2015″, »field_file_image_title_text[und][0][value] »: » »}, »type »: »media », »link_text »:null, »attributes »:{« alt »: »Employés à faible salaire, par âge et sexe, Canada, 2015″, »height »: »274″, »width »: »667″, »class »: »media-element file-default »}}]]

Source : Microdonnées de l’Enquête sur la population active, 2015

Il est également important de noter que de nombreuses organisations du mouvement en faveur du salaire minimum à 15 $ préconisent également des améliorations aux normes d’emploi lors de leur campagne. En Ontario, la campagne « $15 and Fairness » porte sur des questions telles que les congés de maladie, les horaires fixés d’avance et le transfert de contrat.

Le mouvement pour porter le salaire minimum à 15 $ l’heure est un moyen concret de lutter contre les inégalités croissantes et le travail précaire – joignez-vous au mouvement pour le travail décent dans votre province!

Angella MacEwen est économiste principale du Congrès du travail du Canada.

Remarque : Toutes les données excluent les travailleurs et travailleuses autonomes. L’Enquête sur la population active ne fournit pas de données salariales pour les travailleurs autonomes, et les travailleurs autonomes ne sont pas assujettis aux lois sur le salaire minimum. La «proportion des travailleurs » est plus précisément la « proportion d’employés ». Le nombre d’employés par province se trouve dans le tableau CANSIM 282-0012.

Étiquettes: Équité salariale

Articles connexes

Les syndicats du Canada applaudissent à l’expansion des soutiens du revenu

OTTAWA – Les syndicats du Canada se réjouissent de l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement fédéral d’une expansion de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) pour qu’y soient admissibles les personnes qui gagnent encore des revenus modérés. « L’expansion de la PCU pour qu’y aient droit les personnes qui continuent à occuper des emplois précaires à faible revenu marque un progrès important »,…
Suite

Journée de l’équité salariale : Reconnaissant la valeur du travail des femmes

Le 4 avril 2020 marque le jour où le salaire médian des femmes au Canada rattrape enfin le salaire médian que les hommes ont gagné l’année dernière. Cette année, la Journée de l’équité salariale a lieu dans le contexte d’une épreuve sans précédent pour les travailleuses et travailleurs, leurs familles et l’économie : la pandémie de COVID-19. « Il faut…
Suite

Les syndicats marquent la Semaine de l’égalité des sexes en présentant des revendications électorales

Les syndicats du Canada marquent la Semaine de l’égalité des sexes de 2019 en incitant les partis politiques fédéraux à s’engager à créer un Canada juste pour tous. « La Semaine de l’égalité des sexes a été instituée afin de célébrer les progrès réalisés et de réfléchir à ce qui reste à faire pour mettre pleinement en œuvre l’égalité des sexes…
Suite